Politique en matière de cookies

Afin de vous offrir une service optimal, ce site utilise des cookies.
En utilisant notre site, vous acceptez notre utilisation des cookies. En savoir plus

Les voyageurs qui ne s'acquittent pas de la taxe de séjour du Quintana Roo s’exposent à des conséquences


Les voyageurs qui ne s'acquittent pas de la taxe de séjour du Quintana Roo s’exposent à des conséquences
Cancún, Mexique. [Unsplash]

Les voyageurs de l'État mexicain de Quintana Roo qui ne paient pas la taxe de séjour de la région peuvent faire l'objet d'un suivi numérique et d'autres mesures, selon une mise à jour publiée jeudi (28 mars).

LIRE PLUS – La taxe de séjour de l'État de Quintana Roo augmenterait d'environ 2$ le 1er février  


La taxe VISITAX de Quintana Roo, rappelons-le, sert à financer des projets d'infrastructure locaux et à protéger des biens comme les plages.

Dans un courriel adressé à PAX, la société Travelkore (qui est basée à Toronto et qui est autorisée à collecter la VISITAX) révèle que des « changements significatifs » se profilent à l'horizon en ce qui concerne la manière dont les paiements sont appliqués.

Travelkore nous indique en effet que l'autorité qui supervise la VISITAX – le SATQ – a introduit une nouvelle fonction de «suivi numérique » ainsi qu’un système d'application pour contrôler les paiements.

Les voyageurs qui ne paient pas (ou refusent de payer) la VISITAX pourront ainsi faire l'objet d'« observations » sur leur numéro de passeport pour les visites futures dans l'État, indique Travelkore, qui cite la SATQ.

Néanmoins, on ne sait pas exactement quel type d'« observations » seront faites ni quelles mesures spécifiques seront prises à l'encontre des contrevenants.

« La réponse simple est que nous ne savons pas précisément », reconnaît Tim Scurry, PDG de Travelkore, dans le courriel à PAX.

Au Quintana Roo, les règles de droit publiées en février 2023 autorisent le SATQ à conclure des accords de partage de données – et le paysage change en ce qui concerne les données, indique M. Scurry.

« Nous avons demandé des clarifications, mais nous estimons préférable d'informer les gens qu'un changement se prépare et qu'il y a eu une évolution marquée du langage utilisé en réponse aux demandes », précise-t-il.

Un parcours semé d'embûches

Le Quintana Roo abrite des destinations touristiques populaires telles que Cancún, Tulum, Playa del Carmen et Cozumel.

Bien que la VISITAX ait connu des difficultés depuis son lancement en avril 2021 (principalement en raison de messages et de prix peu clairs, ainsi que d'une application laxiste à l'aéroport CUN), la taxe n'en est pas moins obligatoire.

En vertu de la loi de l'État (article 51 - Amendement huit), chaque visiteur international doit obligatoirement obtenir un code QR pendant son séjour et avant de quitter Quintana Roo.

En juillet 2023, le directeur des impôts de Quintana Roo a publié une communication officielle obligeant les voyagistes à « informer et collecter » la VISITAX, qui peut être payée à l'arrivée, pendant le séjour ou avant de quitter le Mexique.

L'ordonnance a été certifiée par la procédure d'apostille, ce qui signifie qu'elle a une valeur juridique internationale.

Mais le Quintana Roo a du pain sur la planche pour atteindre un taux de conformité de 100 %. En juillet dernier, comme l'a rapporté Sipse, un média mexicain, au moins quatre touristes sur dix (à l'époque) ne payaient pas la taxe.

La projection initiale de la VISITAX par l'État, en mars 2021, était de collecter quelque 600 M de pesos par an. Mais selon les données publiées l'été dernier par le service d'administration fiscale de Quintana Roo, la collecte annuelle tournait autour de 103 M de pesos.

Les responsables des hôtels de la région Mexique-Caraïbes ont également exprimé leur inquiétude quant à la manière dont la VISITAX est collectée et promue.

Selon Reportur.com, le Mexican Caribbean Hotel Council a demandé en septembre dernier au gouverneur de Quintana Roo d'analyser la viabilité de la taxe, notant des incohérences dans la manière dont la taxe était présentée dans les publicités, les hôtels et à l'aéroport de CUN.

Plusieurs sites web non autorisés perçoivent également la taxe – dans certains cas, à des prix plus élevés ! Notons que Travelkore est pour sa part bel et bien autorisé à collecter la taxe – tout comme le site web du gouvernement de Quintana Roo. 

En janvier, il a été annoncé que le prix de la VISITAX augmenterait d'environ 2 $, passant à 351 pesos mexicains (28,50 $CA) le 1er février. (Il semble cependant que cette augmentation n'ait pas encore été appliquée partout…)

Si les voyageurs ont besoin d'obtenir un nouveau code QR ou de compenser un paiement manqué, ils remarqueront que le code QR VISITAX a été mis à jour pour améliorer la sécurité et pour bloquer les faux sites ou les sites non autorisés, mentionne Travelkore.

« Surveillez deux logos spécifiques sur l'interface de paiement pour vous assurer que vous accédez au système sécurisé de Travelkore », recommande l’entreprise, en conclusion.



 


Pour toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX. Suivez-nous sur FacebookLinkedIn et X – Twitter.




Indicateur