Sinorama dans la tourmente : l'industrie réagit

08-08-2018 11:30
Marie-Eve Vallières

Après plusieurs jours de tumulte et d'incertitude, la décision est finalement rendue : la présidente déléguée de l'Office de la protection du consommateur (OPC) vient d'annoncer qu'elle ne compte pas renouveler le permis de l'agence Vacances Sinorama.

PAX s'est entretenu avec Laurent Plourde, président de Groupe Voyages Québec ainsi qu'avec Claude St-Pierre, directeur général de Tours Chanteclerc, qui suivaient tous deux la situation de près depuis longtemps, afin de prendre leurs pouls sur les répercussions de cette décision.

LIRE PLUS: L'OPC ne renouvellera pas le permis de Sinorama

Deux voyagistes québécois se prononcent

5aeb1d037a216769340304.jpgLaurent Plourde, président de Groupe Voyages Québec

De son côté, Laurent Plourde scande que c'est la satisfaction du client qui prime.

« Le but de la FICAV et de l'OPC est avant tout de protéger le client : les voyageurs québécois peuvent être heureux et en sécurité d'avoir cette protection supplémentaire en achetant des produits des agences. Ces mesures n'existent pas dans tous les pays.

Or, il ajoute que la disparition d'un joueur comme Sinorama rétablira à sa juste valeur et à son juste prix affiché l'offre des circuits sur l’Asie mais aussi sur l’Europe et l’Amérique du Nord.

« Lésiner sur la qualité de nos prestations afin d'avoir un prix plus attractif n'est aucunement envisageable pour nous. Nous travaillons à ce que tous les maillons de la chaîne soient gagnants et satisfaits. Depuis plusieurs années, pour des raisons évidentes, nous avions délaissé certaines destinations car nous avons toujours offert des circuits qui représentent un excellent rapport qualité prix ».

En primeur, il annonce par le fait même que ce revirement de situation permettra à GVQ de programmer la Chine à nouveau afin de compléter son offre sur le continent asiatique.

5aeb1d881b926886920617.jpgClaude St-Pierre, directeur général de Tours Chanteclerc

« Je crois que l'OPC a fait son travail, ici. Nous sommes très choyés au Québec d'être l'une des trois provinces à offrir une protection au consommateur », rappelait-il lui aussi.

Du même souffle, il avance également que la démocratisation des voyages notamment par le biais d'Internet insuffle de façon intrinsèque un devoir de conscientisation chez le consommateur. C'est ultimement à ce dernier que revient la responsabilité de sélectionner de qui, et surtout à quel prix, il achète ses vacances.

« Le consommateur est roi et maître de l'industrie et favorise d'abord les tarifs. Mais doit-il acheter aveuglément pour autant ? Il a aussi un devoir d'évaluer la crédibilité de certains produits et devrait faire attention à quelle structure il achète. Si une offre semble mathématiquement trop belle pour être vraie, il y a lieu de se questionner », argue-t-il.

Qu'adviendra-t-il des commissions?

ordinateur 1.jpg

Plusieurs agents souhaitant demeurer dans l'anonymat ont avoué que les chèques leur ayant été émis par Sinorama ont rebondi et sont depuis dans l’impossibilité de joindre qui que ce soit à ce sujet.

Claudine Dorval, présidente de Voyage Récréatif à Lac Beauport, confiait en exclusivité à PAX que son agence a vendu trois voyages s'étant déroulés en mai et juin 2018, totalisant plus d'un millier de dollars en commissions.

« J'ai reçu le chèque pour mes commissions à la fin juillet. Ensuite j'ai reçu un appel de Sinorama m'informant que le chèque serait refusé à la banque. Le chèque de commission reçu a rebondi car le compte de banque a été fermé », déplore-t-elle.

Questionné par PAX à savoir si des mesures seront prises quant aux commissions devant être versées aux agents de voyages avant vendu des forfaits Sinorama précédant la mise sous tutelle, l'OPC a réagi très clairement.

« Si vous faites référence aux commissions que certains grossistes versent aux agences détaillantes qui vendent leurs produits à leur clientèle, il pourrait s’agir d’une dette que Sinorama a envers ces agences. Si c’est le cas, la gestion de ces dettes serait sous la responsabilité de l’administrateur provisoire », indiquaient les relations publiques.

Les clients et partenaires de Vacances Sinorama inc. sont invités à communiquer avec l’administrateur provisoire, représenté par Martine Mainville, au 1 888-999-4965 ou par courriel à administration.provisoire@ca.pwc.com.

Vous désirez commenter ?