Politique en matière de cookies

Afin de vous offrir une service optimal, ce site utilise des cookies.
En utilisant notre site, vous acceptez notre utilisation des cookies. En savoir plus

2e trimestre de Transat: une reprise forte, ternie par une hausse abrupte du coût du carburant


2e trimestre de Transat: une reprise forte, ternie par une hausse abrupte du coût du carburant
Annick Guérard, présidente et cheffe de la direction de Transat.
Pax Global Media

Malgré une perte nette de 98,3 M$ au deuxième trimestre, « nous voyons une reprise forte », déclare Annick Guérard, présidente et cheffe de la direction de Transat, en présentant les résultats.

Même que, sans la « hausse abrupte » du coût du carburant, le résultat d'exploitation ajusté aurait été positif en avril, précise-t-elle.

« Mais nous constatons que le consommateur est disposé à accepter une augmentation de prix et nous avons mis en place un programme de couverture sur le carburant pour nous prémunir de mouvements importants à la hausse pendant l'été », ajoute encore Mme Guérard.

LIRE PLUS – 1er trimestre de Transat : une forte reprise, la brisure Omicron, puis un redémarrage 

Poursuite du plan stratégique

La présidente souligne que Transat continue à mettre en place toutes les mesures nécessaires pour en tirer parti du rebond observé depuis que « l’effet d'Omicron s'est dissipé fin février ».

« Pour le plus long terme, nous poursuivons la mise en œuvre de notre plan stratégique, dit-elle. Nous continuons à recevoir de nouveaux appareils économes en carburant. Nous poursuivons le développement de notre réseau, à travers l'ouverture de nouvelles destinations et connexions, seuls ou en partage de codes. Et nous bénéficions d'un soutien fort de nos employés, notamment nos pilotes avec qui nous avons conclu une entente de trois ans qui nous donne de la stabilité pour la période à venir. »

Tendance de réservation de dernière minute

Transat constate que, grâce aux assouplissements des mesures sanitaires et des restrictions de voyage, la situation actuelle présente « des signes fort encourageants au niveau des réservations, alors que la tendance de réservation de "dernière minute" » se poursuit.

Des coefficients d'occupation de bon augure

« Après le creux observé pendant la période Omicron, les coefficients d'occupation se sont grandement améliorés au cours des derniers mois, atteignant 85 % sur les vols de la période de mars à mai du programme Sud, principal marché de la Société de cette période, ce qui augure bien pour la période de pointe de l'été », observe Transat.

Augmentation graduelle des prix

« Quant aux prix des réservations pour la période estivale, ceux-ci sont en augmentation graduelle depuis le début du printemps sur l'ensemble de nos programmes », ajoute la Société.

L’été 2022 comparé à 2019

Transat précise que, sur l'ensemble de ses marchés, la capacité prévue pour l'été 2022 correspond à 89 % de celle de 2019.

Sur le programme transatlantique (principal marché de la Société durant la saison d'été), la capacité prévue de la Société en 2022 représente 75 % de celle déployée en 2019.

Sur le programme des destinations soleil, elle représente 98 % de celle de 2019.

De plus, la Société compte augmenter sa présence sur le marché transfrontalier en quadruplant sa capacité comparativement à celle déployée en 2019 en offrant, entre autres, de nouvelles destinations au départ de Montréal vers Los Angeles et San Francisco. Elle compte aussi augmenter également sa capacité de 5 % sur le marché domestique en regard de celle de 2019.

Le coût du carburant

« Le coût du carburant, s'il se maintient au niveau actuel, crée toutefois une forte pression sur nos coûts d'exploitation et sur notre profitabilité », mentionne toutefois Transat, en réitérant mettre « tout en œuvre pour contrebalancer ces effets et améliorer son résultat ».

La société s’abstient de présenter des perspectives plus complètes pour le troisième trimestre et pour l'été 2022 en alléguant qu’il demeure difficile pour l'instant de prévoir l'évolution de la situation sanitaire et économique ou son impact sur les réservations et les résultats financiers.




Le deuxième trimestre en bref

  • Revenus de 358,2 M$
  • Perte d'exploitation ajustée1 de 51 M$ (Perte d'exploitation de 87,5 M$)
  • Perte nette ajustée1 de 111,6 M$ (Perte nette de 98,3 M$)
  • Liquidités non soumises à restrictions1 de 515,9 M$ au 30 avril
  • Dépôts clients de 494,2 M$, représentant 80 % des niveaux prépandémiques et une hausse de 60 % par rapport au dernier trimestre, témoignant de la reprise de la demande




Poursuite du plan stratégique


●  Reconstruction du réseau aérien prépandémique, ouverture de nouvelles liaisons et mise en place d'accords de partage de codes :

  • La réouverture de la majorité des liaisons du réseau prépandémique,
  • Des accords de partage de codes avec WestJet (ouvert à la réservation) et Porter (ouverture prévue pour l'automne),
  • De nouvelles destinations (notamment Los Angeles et San Francisco),
  • De nouvelles liaisons directes (telles que Montréal-Amsterdam et Québec-Londres),
  • Une meilleure exploitation du réseau par l'adjonction de connexions sur des liaisons existantes de ou vers l'Europe et les États-Unis (par exemple, Paris-San Francisco et Londres-Los Angeles avec escale à Montréal),
  • De multiples trajets supplémentaires possibles par le biais de connectair par Air Transat grâce aux accords d'interligne virtuel avec huit compagnies aériennes offrant plus de 245 destinations en Europe, en Afrique du Nord, au Moyen-Orient, en Amérique centrale et du Sud, ainsi qu'au Canada.

●  Poursuite du renouvellement de la flotte, avec la réception prévue de deux A321neoLR au cours du troisième trimestre et de cinq à venir qui permettent la transformation et l'optimisation de la flotte et porteront à 17 le nombre de ce type d'appareils.

●  Poursuite des efforts visant à contrôler les coûts et à limiter l'utilisation de la trésorerie.

●  Mise en place d'une couverture sur le carburant destinée à pallier une éventuelle hausse supplémentaire des prix du carburant durant l'été.

●  Conclusion d'un accord, en mai 2022, avec l'Association internationale des pilotes de lignes (ALPA), représentant l'ensemble des pilotes de la Société, d'un accord prolongeant de trois ans la durée de leur convention collective en vigueur.





Tenez-vous à jour de toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX !



Indicateur