Politique en matière de cookies

Afin de vous offrir une service optimal, ce site utilise des cookies.
En utilisant notre site, vous acceptez notre utilisation des cookies. En savoir plus

Pax à destination : Conférence mondiale sur la résilience du tourisme et découverte de la Jamaïque


Pax à destination : Conférence mondiale sur la résilience du tourisme et découverte de la Jamaïque
Dans l’ordre habituel : Edmund Bartlett, ministre du Tourisme de la Jamaïque; Angella Bennett, directrice régionale, Canada, Office du tourisme de la Jamaïque; Adam Stewart, PDG, Sandals Resorts International (Pax Global Media).
Ming Tappin

Ming Tappin est une experte du domaine des croisières et possède sa propre firme de consultation, Your Cruise Coach.

Le 17 février 2023 a été une journée historique pour le tourisme, car il s’agissait de la première Journée mondiale de la résilience du tourisme, déclarée par les Nations Unies.

De plus, c’était aussi le premier jour désigné au tourisme depuis que l’ONU a déclaré la Journée mondiale du tourisme en 1980.

Il était donc approprié que la première Conférence mondiale sur la résilience du tourisme (GTRC) se tienne du 15 au 17 février au siège régional de l’University of the West Indies à Kingston, en Jamaïque. 

Et PAX était là pour témoigner de l’événement.

 
 

LIRE PLUS – Souvenirs d’éducotour: En Jamaïque avec le JTB !  


Idées recherchées 

La conférence est née du besoin urgent de protéger les pays dépendants du tourisme contre les perturbateurs catastrophiques. Elle a été conçue par le ministre du Tourisme de la Jamaïque, l’honorable Edmund Bartlett.

« Nous faisons une nouvelle déclaration en ce qui concerne la collaboration mondiale en matière de leadership. Nous demandons une convergence d’idées pour permettre de trouver une solution dans le domaine de la gestion, de l’atténuation, de la prévision, de la reprise et de la prospérité après les perturbations », a déclaré le ministre Bartlett dans son allocution d’ouverture.


Le ministre du Tourisme de la Jamaïque, Edmund Bartlett, s’adresse à l’auditoire lors de la Conférence mondiale sur la résilience du tourisme (Ming Tappin/Pax Global Media).


À ce titre, la conférence a attiré des délégations ministérielles des Caraïbes, des Amériques, d’Afrique et du Moyen-Orient pour réfléchir et partager les meilleures pratiques, afin d’atténuer l’impact des événements perturbateurs tel que la COVID-19.

En collaboration avec le Centre mondial de résilience et de gestion de crises en tourisme (GTRCMC), dont le ministre Bartlett est le fondateur et le coprésident, les participants à la conférence ont exploré des sujets cruciaux tels que la communication efficace en situation de crise, la technologie numérique et les investissements dans le développement du tourisme.

En outre, une journée entière a été consacrée à la collaboration entre les nations africaines et caribéennes pour promouvoir le tourisme.


 La conférence inaugurale sur la résilience du tourisme a attiré des délégués d’Amérique du Nord, des Caraïbes, d’Europe et d’Afrique (Ming Tappin/Pax Global Media).


La résilience en chiffres

Bien que les Caraïbes soient la plus grande région du monde dépendante du tourisme, c’est aussi la région qui se rétablit le plus rapidement.

L’Association hôtelière et touristique des Caraïbes a signalé un trafic touristique récepteur mondial en janvier de moins 33 %, mais la région des Caraïbes n’est qu’à moins 2 %.


Le premier ministre de la Jamaïque, Andrew Holness, a ouvert la conférence en félicitant l’industrie du tourisme pour ses efforts visant à renforcer la résilience (Ming Tappin/Pax Global Media).


La Jamaïque est au premier rang, l’île ayant atteint 97 % de reprise, et ses bénéfices prévus au premier trimestre de 2023 (1,4 M USD) ont dépassé les niveaux d’avant la pandémie, qui étaient de 1,29 M USD en 2019.


LIRE PLUS – La Jamaïque lance sa campagne « Come Back » au Canada 


Le Canada et la Jamaïque : une histoire d’amour

À l’appui de ces statistiques, le Canada se taille une belle place.

PAX s’est entretenu avec Angella Bennett, directrice régionale du Canada pour l’Office du tourisme de la Jamaïque, qui a déclaré : « la demande de voyages en Jamaïque a considérablement augmenté ».

« Les Canadiens veulent se réunir à nouveau, ils veulent venir en Jamaïque et ressentir l’ambiance, vivre pleinement en Jamaïque », a déclaré Mme Bennett.

Selon Mme Bennett, les arrivées canadiennes en janvier 2023 s’élevaient à 44 424, en hausse de 291 % par rapport à janvier 2020 et seulement 10 % de moins qu’en janvier 2019 (49 392).


De gauche à droite (du JTB) : Donovan White, directeur du tourisme; Angella Bennett, directrice régionale, Canada, photographiés le jour de l’ouverture du GTRC 2023 (Ming Tappin/Pax Global Media).


Afin d’attirer des visiteurs enthousiastes en Jamaïque, les compagnies aériennes et les voyagistes canadiens offriront 28 000 sièges supplémentaires cet hiver et des pourparlers avec de nouvelles compagnies aériennes sont en cours.


Sandals « est en plein essor », dixit Adam Stewart

S’adressant à PAX, le PDG de Sandals Resorts International, Adam Stewart, a également salué la résilience des voyageurs canadiens. En janvier 2023, le nombre d’arrivées a augmenté de 236 % par rapport à ce qu’il était avant la pandémie.

Bien qu’il ait fallu un peu plus de temps aux Canadiens pour retourner en Jamaïque en raison des restrictions de voyage strictes, M. Stewart a confirmé que les affaires en provenance du Canada sont en « plein essor ».

« Ce que je constate au Canada, c’est que les consommateurs tendent la main et prennent mieux soin d’eux-mêmes que jamais auparavant en termes de luxe, de qualité et de suites haut de gamme. Nous sommes très satisfaits du Canada. C’est fantastique, car les Caraïbes sont depuis longtemps une destination chouchou du Canada », a déclaré M. Stewart à PAX.

Le PDG de Sandals Resorts International, Adam Stewart, affirme que les affaires en provenance du Canada « sont en plein essor ».


M. Stewart a également félicité les conseillers en voyages canadiens pour leurs efforts, puisqu’ils contribuent à 60 % des affaires de Sandals en provenance du Canada.

L’année dernière, les réservations ont augmenté de 42 % et sont déjà supérieures de 30 % depuis le début de l’année.

« Les agents de voyages sont le canal de croissance le plus rapide pour notre marque. La croissance, à deux chiffres, est énorme. Le succès que nous avons réussi à maintenir, alors que d’autres ont connu des hauts et des bas, est notre conviction de l’importance de l’agent de voyages dans la prestation de services spécialisés aux clients », a déclaré M. Stewart.

Gros chiffres = croissance dynamique

Cette rapidité de reprise est soutenue par la croissance continue de l’inventaire des chambres en Jamaïque.

Près de 8 000 nouvelles chambres d’hôtel devraient ouvrir en Jamaïque cette année et début 2024, y compris le Riu Hotel à Trelawny, le Princess Resort à Hanover, le Hard Rock Hotel à Montego Bay et plusieurs projets d’envergure de Sandals.

M. Stewart a confirmé que l’ouverture de Sandals Dunn’s River est prévue pour le 24 mai.

Un nouveau village de villas familiales de luxe à Beaches Negril suivra, et le dévoilement du French Village rénové, à Sandals South Coast, est prévu d’ici la fin de 2023.

Sept à huit nouvelles propriétés et de nouvelles destinations sont également en préparation, dont les détails seront annoncés prochainement.


Verdir la voie à suivre

Malgré cette croissance, la durabilité reste au centre des préoccupations et un mandat clé de la résilience du tourisme mondial, en particulier dans l’utilisation des ressources naturelles et renouvelables.


Panel sur l’avenir du tourisme. Dans l’ordre habituel : le modérateur Clifton Reader, vice-président, Palace Resorts Jamaica and Turks & Caicos Islands; Adam Stewart, PDG, Sandals Resorts International; Neil Walters, Secrétaire général par intérim, Caribbean Tourism Organization; Nicola Madden-Greig, présidente, Caribbean Hotel and Tourism Association; Nick Rose, vice-président et responsable de l’environnement, des affaires sociales et de la gouvernance, Royal Caribbean Group; Cuthbert Ncube, président, Office africain du tourisme (Ming Tappin/Pax Global Media).


À titre d’exemple, le complexe de Sandals Dunn’s River tire 100 % de son eau de sources minérales naturelles, incorpore du café Blue Mountain de la Jamaïque et d’autres ingrédients naturels dans des produits de spa, et transforme même les algues sargasses problématiques en biocarburant.

Les visiteurs peuvent également jouer un rôle dans les pratiques de durabilité, comme aider à la restauration des coraux et participer aux programmes de protection des tortues.


L’avenir du tourisme est entre les mains des gens

S’il est important d’investir dans les infrastructures touristiques, la nécessité d’investir dans le capital humain est encore plus grande.

Le ministre Bartlett a rappelé à l’auditoire que 72 millions de personnes ont perdu leur emploi en raison de la pandémie et qu’en Jamaïque, 20 % de la main-d’œuvre n’est pas revenue.

Il est donc crucial que les pays encouragent et préparent leurs ressortissants à rejoindre l’industrie hôtelière.

Les efforts actuels comprennent le George Brown College du Canada, qui s’associe au GTRCMC et à l’University of the West Indies à Kingston, pour offrir des possibilités d’échange d’étudiants dans le cadre de leur programme de gestion de l’accueil et du tourisme.

En Jamaïque, la Sandals Corporate University est déjà en place pour fournir une certification en hôtellerie, et des travaux sont en cours pour construire la Gordon ‘Butch’ Stewart International School of Hospitality & Tourism, dont le siège sera à Montego Bay avec un campus en ligne à travers les Caraïbes.

M. Stewart espère que d’autres entreprises hôtelières emboîteront le pas pour créer des opportunités similaires.

« Si ce n’est pas nous, alors qui? C’est de notre devoir. Nous devons inspirer [la prochaine génération] à entrer dans cette formidable industrie », a-t-il déclaré.

3 recommandations

La conférence s’est terminée par une déclaration reconnaissant l’importance de renforcer la résilience du tourisme.

Le ministre Bartlett a formulé trois recommandations : relancer les relations mondiales Sud-Sud en utilisant le tourisme comme moteur, en commençant par l’Afrique et les Caraïbes; établir un fonds mondial de résilience du tourisme qui aidera les destinations à répondre à leurs propres crises et catastrophes et les marchés du travail, pour relancer une reprise qui ne laisse pas les travailleurs du tourisme de côté.

Entre-temps, la prochaine Conférence mondiale sur la résilience du tourisme se tiendra à Malaga, en Espagne, en février 2024.


Jonathan Gomez Punzon, directeur du tourisme de la ville de Malaga (à gauche) et Edmund Bartlett, ministre du Tourisme de la Jamaïque, signent un protocole d’entente avant que M. Punzon déclare que Malaga accueillera le prochain GTRC (Ming Tappin/Pax Global Media).


Kingston – un séjour culturellement immersif

Avant la rencontre du GTRC, PAX a exploré certaines des principales attractions de Kingston – et nous avons été très impressionnés.

Les visiteurs à la recherche d’une authentique expérience culturelle et immersive, au-delà du soleil et du sable, devraient envisager un séjour dans la capitale jamaïcaine. Le front de mer réaménagé de la ville a attiré de nouveaux hôtels et entreprises dans la région.

Voici nos incontournables :


Musée Bob Marley

The Bob Marley Museum is filled with photos and memorabilia, housed in the building where the artist lived out his final eight years. (Ming Tappin/Pax Global Media)   Le musée Bob Marley est rempli de photos et de souvenirs, logés dans le bâtiment où l’artiste a vécu ses huit dernières années (Ming Tappin/Pax Global Media).


Une visite ici est non seulement nostalgique, mais aussi une expérience émotionnelle, car les visiteurs sont guidés à travers le musée situé à l’intérieur de la résidence de Marley, où il a vécu les huit dernières années de sa vie.

L’histoire de la superstar du reggae, de sa naissance à sa mort prématurée, est racontée au moyen d’une grande collection de souvenirs musicaux, de photographies, d’articles de presse et de disques primés qui ornent les murs.


Murales Water Lane

Des murales colorées ornent les murs du centre-ville de Kingston (Pax Global Media/Ming Tappin).


Projet en cours de l’organisme sans but lucratif Kingston Creative, visant à promouvoir la créativité et à revitaliser le centre-ville de Kingston, le secteur Water Lane contient plus de 60 murales colorées, créées par des artistes jamaïcains et internationaux.

À voir absolument!  Les visiteurs peuvent réserver une visite guidée ou se promener seuls.


Le café de Craighton Estate 

À quelques minutes en voiture de Kingston, Craighton Estate abrite la célèbre plantation de café Blue Mountain de la Jamaïque (Ming Tappin/ Pax Global Media).


À 30 minutes de route de Kingston, vous rejoindrez les Blue Mountains, où l’air est plus frais et les vues spectaculaires.

C’est dans ces collines verdoyantes que le célèbre café Blue Mountain de la Jamaïque est cultivé. Les visiteurs peuvent faire une visite guidée pour tout apprendre sur le café, du grain à la tasse et faire une promenade dans la plantation.


Pretty Close 876

Le propriétaire et chef Omar « Ramo » Edwards de Pretty Close 876 offre une expérience culinaire, de la ferme à la table, au bord de l’eau avec une randonnée vers les chutes (Pax Global Media/Ming Tappin).


Juste à l’extérieur de Gordon Town, mais toujours « assez près » de Kingston, Omar « Ramo » Edwards propose une excursion inspirée de la nature qui comprend un repas préparé dans sa cuisine extérieure au toit de chaume.

Qu’y a-t-il au menu ? Du poisson frais, du riz et des pois, des légumes et des bananes plantains de sa ferme, et tout ce que Ramo pourrait aimer et avoir sous la main.

Mangez au bord de l’eau ou asseyez-vous sur une souche d’arbre dans l’eau pendant que vous dégustez votre repas. Ensuite, faites une promenade guidée jusqu’à une chute pour un plongeon relaxant.





Pour toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX. Suivez-nous sur FacebookLinkedIn et Twitter.



Indicateur