Sécurité touristique: la République dominicaine signe un accord de coopération avec les États-Unis


Sécurité touristique: la République dominicaine signe un accord de coopération avec les États-Unis
Le ministre du Tourisme de la République dominicaine, David Collado.

Le ministère du Tourisme de la République dominicaine a signé un « accord de coopération sans précédent » sur la sécurité touristique avec le Consulat des États-Unis.

L’accord implique aussi la police touristique de la République dominicaine (POLITUR) et l'Association hôtelière et touristique de la République dominicaine (ASONAHORES).

Il a été signé lors d'une cérémonie à Santo Domingo par le ministre du Tourisme, David Collado, le consul général des États-Unis, Greg Segas, le directeur de POLITUR, Minoru Matsunaga et le président d'ASONAHORES, David Llibres, en présence des principaux acteurs du secteur.

 
 

LIRE PLUS – La République dominicaine a accueilli plus de 10 millions de visiteurs en 2023 – un record!  


La sécurité des touristes, une priorité

Selon le ministre Collado, la sécurité des touristes est une priorité pour la République dominicaine et le pays n’épargne aucun effort pour garantir le plus haut degré de sécurité à ses visiteurs. De fait, la République dominicaine est déjà un pays véritablement sûr, selon lui.

« La sécurité des touristes est, et restera une priorité pour nous. C'est la raison pour laquelle nous signons ici cet accord de coopération pour continuer à entreprendre des actions concrètes qui garantissent la tranquillité et le plaisir de ceux qui nous visitent », a déclaré M. Collado lors de la signature.

Alors que plus de 4 millions d'Américains visitent la République dominicaine, l'accord prévoit notamment la création d'un protocole pour la gestion d’événements éventuels impliquant des citoyens américains, ainsi que l'échange opportun d'informations entre les différentes parties.


Formation pour le personnel hôtelier

Cela dit, des éléments de l’accord pourront aussi profiter aux visiteurs d’autres pays – dont le Canada.

Par exemple, l’accord comprend aussi une formation pour le personnel hôtelier, ainsi qu'une formation en matière de sécurité pour prévenir et gérer les situations pouvant survenir dans le secteur du tourisme.

L’accord offre ainsi des outils à ceux qui sont le premier point de contact des touristes qui traversent une crise, à la suite de la perte de leur passeport, d’une arrestation ou d’un accident pouvant mettre la vie en danger.





Pour toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX. Suivez-nous sur FacebookLinkedIn et Twitter.



Indicateur