Politique en matière de cookies

Afin de vous offrir une service optimal, ce site utilise des cookies.
En utilisant notre site, vous acceptez notre utilisation des cookies. En savoir plus

État d'urgence en Jamaïque : l'office de tourisme et les voyagistes réagissent


État d'urgence en Jamaïque : l'office de tourisme et les voyagistes réagissent

Alors que le gouvernement canadien demande aux voyageurs se rendant dans le comté de St. James (région de Montego Bay) en Jamaïque de faire preuve de grande prudence, en raison de l'état d'urgence décrété par les autorités locales plus tôt cette semaine, l'office de tourisme de la Jamaïque et les voyagistes canadiens accueillent la nouvelle sans broncher et adaptent leur stratégie respective.

Jamaïque - Faites preuve d'une grande prudence

Le gouvernement du Canada informe ses ressortissants de la situation suivante :

Le 18 janvier 2018, le gouvernement jamaïcain a déclaré l’état d’urgence pour la Paroisse de Saint James, y compris Montego Bay, après qu’on ait constaté une augmentation significative du nombres de crimes violents. Les forces militaires ont été appelées en renfort dans la région pour tenter de stabiliser la situation.

Si vous séjournez dans un centre de villégiature dans la région affectée, limitez vos déplacements à l’extérieur des périmètres de sécurité de l’hôtel. Si vous vous déplacez à l’extérieur de ces périmètres, assurez-vous d’utiliser un transport organisé ou fourni par le centre de villégiature. Employez les voyagistes lorsque vous faites des excursions et pour l’aller-retour à l’aéroport. Si vous êtes dans la région touchée, soyez extrêmement vigilant, suivez les directives des autorités locales et surveillez les bulletins de nouvelles locales.

Déjà, il faut noter que les hôtels opèrent normalement. Seuls les tour opérateurs ont modifié leur façon de faire, en offrant plus de flexibilité aux excursionnistes.

Philip Rose, directeur de l'office de tourisme de Jamaïque au Canada, spécifie toutefois que les vacanciers ne devraient pas paniquer.

"La Jamaïque a toujours connu un taux de crime très bas envers ses visiteurs", indiquait le directeur. "Toutefois, il y a effectivement eu une hausse d'activité criminelle dans la région et en raison de la taille modeste des effectifs policiers, le gouvernement a demandé l'aide de l'armée. En ce moment, tout est au beau fixe pour les touristes et les résidents qui respectent les lois. Nous nous attendons à ce que la situation se résorbe très rapidement".

Les réactions des voyagistes

En entrevue avec PAXnouvelles.com, Sunwing a indiqué que tous ses vols, croisières et forfaits vacances opèrent comme à l'habitude. Il a également ajouté que la majorité de ses clients, plus de 95% en fait, résident dans des complexes tout inclus, tandis que le reste s'est vu offrir des options de réaménagement flexibles.

"Nous sommes en contact étroit avec notre équipe à destination, qui nous ont indiqué que bien que les touristes soient encouragés à faire preuve de prudence, tout fonctionne normalement et ils ne sont pas restreints dans leurs activités", a déclaré Sunwing par voie de communiqué. "La Jamaïque est l'une de nos destinations les plus populaires et nous envoyons environ 5 000 vacanciers chaque semaine à Montego Bay sans incident. La sécurité de nos clients est notre ultime priorité et nous continuons de prendre en compte les avis du gouvernement canadien et jamaïcain afin d'ajuster nos procédures au besoin".

Du côté de Transat, le voyagiste indique "avoir pris connaissance de l’avis du gouvernement du Canada, qui recommande aux voyageurs de faire preuve d’une grande prudence dans la région de Montego Bay (Jamaïque) et c’est cette consigne que nous réitérons à destination. Nous suivons étroitement l’évolution de la situation".

WestJet a, lui aussi, émis une procédure de modification ou d'annulation flexible pour les clients ayant réservé d'ici le 25 janvier 2018. Pour plus de détails, cliquez ici.

Indicateur