Politique en matière de cookies

Afin de vous offrir une service optimal, ce site utilise des cookies.
En utilisant notre site, vous acceptez notre utilisation des cookies. En savoir plus

À Québec, les passagers du Volendam accueillis par une manif des lock-outés du port de Québec!


À Québec, les passagers du Volendam accueillis par une manif des lock-outés du port de Québec!
[SCFP-Québec]

Vendredi (31 mai), les débardeurs du port de Québec, en lock-out depuis 21 mois, ont choisi d’accueillir les passagers du Volendam par une manifestation lors de leur escale à Québec.

Quelque 300 débardeurs et leurs alliés ont ainsi accueilli au port les croisiéristes du navire de Holland America Line, rapporte le syndicat qui les représente, le SCFP.

Alors que près de 130 croisières sont attendues à Québec au cours de l’été, les lock-outés du port de Québec ont bien l’intention de profiter de la saison qui commence pour faire mieux comprendre aux visiteurs et usagers du port que le conflit en cours fait des ravages chez les travailleurs et leur famille, poursuit le SCFP.

« Pour l’employeur, la vie continue comme si de rien n’était… »

Après 21 mois de lock-out, les débardeurs du port de Québec en ont assez, lance le syndicat. Pour l’employeur, la vie continue comme si de rien n’était puisque les travailleurs de remplacement permettent aux activités de suivre leur cours.

« Depuis le début de ce conflit, les seuls à faire les frais de ce lock-out sont les débardeurs. L’absence de loi anti-scab nuit de manière évidente et étire le conflit de travail », insiste Frédéric Brisson, secrétaire général du SCFP-Québec.

« On va trouver des manières créatives de faire connaître le conflit »

Le syndicat mentionne que les familles de ces 81 employés sont affectées par ce conflit de travail, qui est l’un des plus longs de l’histoire récente au Québec, précise-t-on.

« La détresse financière et psychologique est bien installée et aucun élu au pouvoir de la région de Québec, peu importe le palier, ne semble s’en soucier », plaide le SCFP.

« On va trouver des manières créatives de faire connaître le conflit afin que l’employeur ait intérêt à négocier de bonne foi », conclut Frédéric Brisson.


Indicateur