Politique en matière de cookies

Afin de vous offrir une service optimal, ce site utilise des cookies.
En utilisant notre site, vous acceptez notre utilisation des cookies. En savoir plus

Lundi,  22 juillet 2024   7:58
PAX à destination: incursion mémorable dans les Highlands d’Écosse

12 heures de route, 600 kilomètres parcourus et beaucoup d’émerveillement. Les 20 agents de voyages du Québec participant à l’éducotour de Transat, visant à soutenir l’introduction, depuis le 29 mai dernier, du nouveau vol saisonnier Montréal-Glasgow, en ont pris plein les yeux lors d’une excursion d’une demi-journée complète dans les Highlands d’Écosse. Retour étape par étape sur ce périple extraordinaire.

Afin d’arriver dans les Hautes Terres, nous empruntons, tôt le matin, l’autoroute depuis Édimbourg conduisant vers le nord pendant une heure, avant de quitter la large bande d'asphalte pour de petites routes étroites et sinueuses à travers la campagne écossaise.

Premier détail frappant : les bâtiments en pierre verticaux de la grande ville cèdent place rapidement à de verdoyants et luxuriants pâturages. En ce début de matinée, un épais brouillard délave encore la couleur dominante du paysage. Du vert… du vert partout. Toutes les nuances de la palette y passent! Quelques vaches brunes et des rhododendrons en fleur viennent toutefois couper ce tableau monochrome. Par milliers aussi, des petits points blancs commencent à parsemer les prairies. Bienvenue dans les Highlands, habitat naturel où l’on retrouve à foison des agneaux qui paissent tranquillement à longueur de journée.

D'ailleurs, nous rencontrerons plus de moutons sur terre que dans le ciel durant ce périple, la brume ayant rapidement troqué sa place pour un ciel d'un bleu resplendissant, une constante depuis le début de ce voyage de familiarisation en Écosse. Il faut dire que ce pays compte plus de 8,7 millions de ces petites bêtes laineuses pour 5,3 millions d'habitants!

Immanquable, le relief se fait de plus en plus présent. Des « bens », montagnes en langue gaélique écossaise, sortent de terre et commencent à pulluler sur la ligne d’horizon, puis de tous les côtés. Des vallées, ou « glens », apparaissent, se laissant désormais pénétrer tout en dévoilant leurs lacs, « lochs », ancrés au bas. Le panorama devient alors splendide, cernant les caméras des passagers d’une toile de fond magnifique, comme en témoigne notre première rencontre du genre à Loch Lubnaig, dans la région de Loch Lomond & du Trossachs National Park. Clic, clic, clic!

En chemin, de nombreuses exploitations forestières se dévoilent sur tout le territoire, la sylviculture étant très importante en Écosse. Celles-ci forment également un environnent propice au développement de la vie sauvage. Beaucoup de cerfs, de renards, de martres et d'oiseaux de proie ont élu domicile dans ce décor privilégié, un paradis pour les passionnés d’observation de la faune.

Plus nous nous enfonçons dans les Highlands, plus nous commençons à traverser de petits villages de quelques âmes pittoresques rappelant fièrement leur identité forte en utilisant soudainement le double affichage, d'abord le nom en gaélique d’un jaune rutilant, puis la traduction en anglais avec son lettrage blanc plus commun. Chacune de ces bourgades comprend son lot de guerres de clans passionnantes, dont nous avons un résumé grâce à une piste audio diffusée dans notre bus lorsque nous passons sur les points d’intérêts.

Poursuivant la route vers Glen Coe, site tristement connu pour le massacre du clan MacDonald en 1692 par les troupes du roi d’Angleterre, William, le territoire perd alors tous ses cheveux : plus un arbre, plus un buisson. Un désert végétal, formé de bruyères d’une teinte oscillant entre le vert et le brun, tapisse le sol et grignote les flancs des montagnes gigantesques dont les sommets portent un frêle chapeau de neige. Stupéfiant!  Le panorama est, en effet, très changeant sur la route des Hautes Terres d'Écosse. Ainsi, il n’est pas rare de passer de forêts extrêmement touffues à des terrains rocailleux et lunaires serpentés par des rivières.

Notre itinéraire de douze heures nous emmène, par la suite, dans la région de Great Glen, abritant quatre lochs, dont le fameux Loch Ness. Avant de partir à la chasse au célèbre monstre aquatique sur un catamaran, nous frôlons Ben Nevis, une des 283 « munros », terme désignant les montagnes de plus de 900 mètres de haut répertoriées en Écosse. Ben Nevis est d'ailleurs la plus haute excroissance de la Grande-Bretagne, culminant à 1344 mètres d’altitude. En fait, les Highlands renferment les 10 plus grands sommets de tout le Royaume-Uni, promettant ainsi des paysages à couper le souffle tout au long de la route.

Quelques tours de roues plus loin, le Loch Ness s'offre enfin à nous. Avant de l’explorer sur ses eaux, nous le longeons sur toute sa longueur, soit 36 kilomètres. Puis, nous embarquons pour une croisière d'une heure et poursuivons le trajet jusqu'Inverness, capitale des Highlands.

Le parc national des Cairngorms Mountains marque l'une des dernières étapes lors de notre retour vers le sud. Il s'agit là du plus grand parc national de Grande-Bretagne avec 3800 km2 de superficie. Un régal pour les yeux et pour les amateurs de randonnée ou de ski, un sport de glisse très apprécié par les Écossais.

Avant de regagner nos pénates dans la capitale après une journée au rythme intense, notre chauffeur, l’inénarrable Sergio, de la compagnie Highland Experience Tours, fait un ultime arrêt dans le charmant village de Pitlochry, situé dans le Perthshire. De quoi terminer en beauté un voyage fabuleux où tout le monde a gardé, pendant un tour de cadran entier, ses yeux bien écarquillés. Presque tout le monde…

L’excursion dans les Highlands est incluse dans le forfait « Édimbourg et l’Écosse historique » de Transat. Le voyagiste propose un vol direct jusqu’au 2 octobre entre Montréal et Glasgow.


Ce voyage fait suite à l’invitation de Transat.

Partagez cet article:
Indicateur