Politique en matière de cookies

Afin de vous offrir une service optimal, ce site utilise des cookies.
En utilisant notre site, vous acceptez notre utilisation des cookies. En savoir plus

Deux nouveaux transporteurs au Canada


Deux nouveaux transporteurs au Canada

Le Canada devrait compter deux nouveaux transporteurs dans quelques mois. Tous deux se présentent comme des «ultra low cost» sur le modèle de Spirit Airlines, aux États-Unis, ou de Ryanair, en Europe. Le premier, Jetline, sera basé à Vancouver et compte exploiter deux Airbus  A319 dès le printemps 2015. La flotte du second, qui sera basé à Calgary, sera composée de Boeing 737-700. Son nom seul annonce les couleurs : Jet Naked. Mais tous deux fonctionneront sur le même modèle : les consommateurs qui achèteront des billets paieront pour toutes les autres prestations : bagages, snacks, consommations, divertissement.

«Le prix de base couvrira le siège et la ceinture de sécurité seulement et tout le reste sera vendu en supplément», annonçait David Solloway, président de Jetline. Cette compagnie, basée à Vancouver, compte d’abord desservir des routes secondaires dans l’Ouest canadien (Prince Georges, Kamloops, etc…) avant d’étendre son réseau à l’Est du Canada et aux États-Unis, comme WestJet l’a fait peu près son apparition, en 1996. Elle exploitera des Airbus A319 configurés pour 156 sièges, ce que les spécialistes jugent excessif. À titre de comparaison, Air Canada Rouge, qui exploite le même type d’appareils, a une capacité de 142 sièges et les compagnies régulières configurent leurs A319 pour 120 sièges. Les promoteurs ont confié à la firme de courtage Salman Partners le soin de faire appel à l’épargne publique pour réunir un fonds de démarrage de 100 millions $.

Tim MorganL’autre compagnie qui se prépare à décoller et qui portera le nom de Jet Naked, sera une émanation d’Enerjet, un transporteur charter basé à Calgary, lancé en 2006 par un des cofondateurs de WestJet, Tim Morgan. Ce dernier a embauché un ancien dirigeant de Spirit Airlines pour piloter le lancement du nouveau transporteur. Il prévoit exploiter le même type d’appareils qu’Enerjet, soit des Boeing 737-700 dans une configuration à 149 sièges et le plan d’affaires fait état de revenus de 120 millions $ pour une première année d’opération et de 750 millions $ avec un flotte de 29 avions, dès la troisième année. Tim Morgan a mandaté la firme de courtage de Toronto Octagon Capital pour lever le capital de démarrage estimé à un montant compris entre 30 et 50 millions $.

Tant les promoteurs de Jetline que ceux de Jet Naked ont exprimé leur intention de récupérer une bonne partie de la clientèle canadienne qui va prendre l’avion dans des aéroport frontaliers américains où les taxes et des frais aéroportuaires moins élevés permettent aux transporteur américains de proposer de meilleurs tarifs, phagocytant ainsi les aéroports de Vancouver (Billingham ou Seattle), Toronto (Buffalo) ou Montréal (Plattsburgh et Burlington).

Place pour deux low cost?

«Il n’y a plus de véritable transporteur low cost au Canada, depuis que WestJet, qui a été fondée en 1996, s’est transformée en compagnie hybride», faisait observer David Solloway (il veut dire hybride entre le low cost et le transporteur dit «régulier» comme Air Canada, Air France, etc…). C’est exact. Et l’exemple des véritable «low cost» américains comme Spirit Airlines ou Allegiant est édifiant : ces deux compagnies dégagent des marges bénéficiaires autrement plus intéressantes que les transporteurs réguliers (de l’ordre de 15 à 17%, soit de quoi faire rêver les agents de voyages!).

Les analystes s’accordent pour convenir qu’il y a place pour une compagnie low cost au Canada (Rouge qui est considérée comme tel se déploie plutôt sur les routes de vacances et peu sur les marchés domestique et transfrontalier). Mais y a-t-il place pour deux «ultra low cost au pays? Les analystes en doutent. Le titulaire du blogue Aviation Doctor rappelle que 17 compagnies aériennes grand public se présentant comme des «low cost» ont fait des atterrissages brutaux depuis 1989 et qu’elles ont eu une durée de vie moyenne de 3,5 ans. Parmi elles, on recense notamment :

 

- Vacationair (disparue en 1989)

- Odyssey (1990)

- Worldways Canada (1991)

- Greyhound Air (1993)

- Holidair (1997)

- Vista Jet (1998)

- Roots Air (2001)

- Canada 3000 (2001)

- Air Canada Tango (disparue en 2003)

- Air Canada Zip (2004)

- Jetsgo (2005)

- Harmony Airways (2007)

- Zoom Airlines (2008)

- Skyservice (2010)

Certaines d’entre elles avaient atteint un niveau d’affaires très appréciable, comme Jetgo, qui exploitait 29 appareils, au moment de sa chute qui s’est soldée par la mise à pied de 1 200 employés et une ardoise de 55 millions $.

Indicateur