Politique en matière de cookies

Afin de vous offrir une service optimal, ce site utilise des cookies.
En utilisant notre site, vous acceptez notre utilisation des cookies. En savoir plus

Croisières internationales sur le Saint-Laurent: «le secteur se relève», se réjouit l’ACSL


Croisières internationales sur le Saint-Laurent: «le secteur se relève», se réjouit l’ACSL
[ACSL / Baie de Ha! Ha! – crédit : Mathieu Dupuis]

En 2023, 43 navires différents ont effectué plus de 450 jours à quai dans les ports du Saint-Laurent. On a ainsi dénombré quelque 460 000 jours-passagers, soit presque autant qu’avant la pandémie (489 000 en 2019).

LIRE PLUS – Croisières : 2023 aura été une année record au Canada, selon la CLIA


Les résultats de cette année représentent une nette amélioration par rapport à 2022 alors que la saison s’était terminée avec 266 000 jours-passagers.

L’Association des Croisières du Saint-Laurent (ACSL) se félicite de ces bons résultats, puisqu’elle ne prédisait pas un retour à la normale avant 2025.


La haute saison s’étire !

L'ACSL souligne que l’automne (de septembre à novembre) demeure la saison la plus attrayante pour les croisiéristes. L’Association constate toutefois que la destination attire maintenant des navires très tôt au printemps et que l’achalandage est croissant durant la période estivale.

« Ce sont effectivement 61 escales qui ont eu lieu d’avril à la fin juin 2023, partagées entre les 9 ports d’escale du Saint-Laurent, comparativement à 37 en 2022. Durant la saison estivale (juillet et août), le bond a été remarquable avec 57 escales par rapport à seulement 20 en 2022 », indique l’ACSL.

Une grande diversité de navires

L’Association remarque par ailleurs une grande diversité dans les catégories de navires voguant sur le Saint-Laurent avec, notamment, de plus en plus de navires d’expéditions et de grand luxe faisant escale dans tous les ports.

L’ACSL souligne que la destination offre une politique d’accueil – le « Best Bienvenue ! » – ainsi que les équipements et infrastructures portuaires requis pour accueillir des navires de plus grands gabarits de catégorie Premium ou Contemporain.

« Les ports de destination de Montréal et Québec permettent l’embarquement et le débarquement des passagers dont l’origine est à 90 % internationale. Ceux-ci transitent majoritairement par les aéroports. Un grand nombre d’entre eux effectuent au préalable un séjour pré- ou post‑croisière au Québec, contribuant ainsi à l’impact économique du secteur », indique l’Association.

LIRE PLUS – Bilan de la saison des croisières 2023 : le Port de Montréal confirme la reprise  


En 2025, le Saint-Laurent deviendra une destination 4 saisons

Par ailleurs, l’ACSL rappelle qu’en 2025, le Saint-Laurent deviendra une destination de croisières 4 saisons, puisque le Commandant Charcot, navire d'exploration polaire hybride électrique propulsé au gaz naturel liquéfié, effectuera quatre itinéraires de 12 nuits de la fin janvier au début mars.

Le navire de 200 passagers de Ponant fera escale aux Îles-de-la-Madeleine, à Gaspé, à Sept-Îles, à Saguenay, à Québec et à Sydney en Nouvelle‑Écosse. Les opérations d’embarquement et de débarquement seront partagées entre les ports de Québec et de Saint‑Pierre‑et‑Miquelon.


Développement (durable) de nouveaux créneaux

« L’engouement pour la destination Saint-Laurent se concrétise de plus en plus en développant de nouveaux créneaux, ce qui nous permet d’atteindre une fréquentation à un niveau d’avant la pandémie en 2019 pour poursuivre une croissance soutenue. Quoique l’automne demeure toujours notre saison la plus achalandée, les compagnies de croisières découvrent constamment que le Saint-Laurent possède des charmes tout au long de l’année », indique René Trépanier, directeur général de l’ACSL.

L’ACSL rappelle qu’au fil des ans, le Saint-Laurent et la destination Canada Nouvelle-Angleterre se sont taillé une place de choix dans l’industrie internationale en forte croissance, grâce à une offre diversifiée répondant aux besoins des différentes clientèles.

Afin de bien gérer cette croissance, l’ACSL veut donc poursuivre son développement de façon durable.

« Le Saint-Laurent s’affaire à accroître l’application de sa stratégie de développement durable avec des actions concrètes, dont l’élimination des plastiques à usage unique dans les ports d’escale, le branchement à quai et la sensibilisation des compagnies de croisières à l’approvisionnement local », conclut l’ACSL.

Le MV Viking Star. [Administration portuaire de Montréal – Jean-François Savaria, 2023]


   


Pour toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX. Suivez-nous sur FacebookLinkedIn et Twitter.



Indicateur