Politique en matière de cookies

Afin de vous offrir une service optimal, ce site utilise des cookies.
En utilisant notre site, vous acceptez notre utilisation des cookies. En savoir plus

Club Med passera sous contrôle chinois et conservera la même direction


Club Med passera sous contrôle chinois et conservera la même direction

Le milliardaire italien Andrea Bonomi s’est finalement désisté dans la course pour le contrôle du Club Med.

Le leader français des complexes tout-inclus passera donc sous le contrôle de Galion Invest, un holding dominé par le conglomérat chinois Fosun, qui était déjà un de ses principaux actionnaires. Le 17 décembre, Galion Invest réévaluait son offre publique d’achat (OPA) à 24,60 euros par action du Club et, depuis, Andrea Bonomi a fait savoir qu’il éviterait de surenchérir. Le milliardaire italien s’en sort malgré tout avec de juteux bénéfices, puisqu’il détient actuellement 18,9% du capital-actions de Club Med par l’entremise du holding Global Resorts.

L’offre de départ, déposée au printemps 2013 par Galion Invest avec la bénédiction du pdg Henri Giscard d’Estaing et de la haute direction du Club, était de 17,5 euros par action. Le 30 juin 2013, Andrea Bonami faisait monter la mise de 22%, en déposant une offre de 21 euros par action.

En vertu de l’offre initiale de 17,5 euros par action, la valeur du Club Med n’aurait pas excédé 669 millions d’euros (968 millions  de dollars canadiens). À 24,60 euros par action, la capitalisation en bourse du Club se chiffrera donc à 939 millions d’euros (1,3 milliard $).

Serge Trigano, ancien président du Club Med (de 1993 à 1997) et fils du cofondateur, Gilbert Trigano, avait appuyé l’offre du milliardaire italien, parce qu’il s’engageait, notamment, à investir pour rénover des villages «trois tridents» en Europe et en augmenter le nombre, estimant que c’est un type de produit qui convenait à une large fraction de la clientèle européenne.

Henri Giscard d’Estaing, pdg de Club Med, lors de l'inauguration du village Val Thorens Sensations en décembre dernierHenri Giscard d’Estaing devrait donc rester à la barre du Club, avec la bénédiction de Fosun, et continuer à orchestrer sa politique de montée en gamme des installations et d’expansion en Asie. Il avait déjà fait savoir qu’il entendait faire du marché chinois son deuxième bassin de clientèle, derrière la France, d’ici 2015.

Depuis le dépôt, voici 20 mois, de l’OPA pilotée par Fosun et la société d’investissement française Ardian, le consortium Galion Invest a accueilli dans ses rangs l’homme d’affaires brésilien Nelson Tanure, le réseau d’agences chinoises U-Tour, qui distribue les forfaits du Club dans l’Empire du milieu, ainsi que la compagnie d’assurances portugaise Fidelidade. Ce nouveau tour de table devrait également se traduire par l’inauguration de nouveaux villages au Brésil et ailleurs en Amérique du Sud (il est notamment question de la Colombie).

Le Club se prépare déjà à inaugurer un village à Buzios, au Sud de Rio, en partenariat avec Nelson Tanure. 

Indicateur