Politique en matière de cookies

Afin de vous offrir une service optimal, ce site utilise des cookies.
En utilisant notre site, vous acceptez notre utilisation des cookies. En savoir plus

YTZ participe à la lutte contre la traite des personnes dans les aéroports canadiens


YTZ participe à la lutte contre la traite des personnes dans les aéroports canadiens
[#NotInMyCity]

Un nouveau programme de sensibilisation à la lutte contre la traite des personnes dans les aéroports canadiens a été lancé, le 26 janvier, à l'Aéroport Billy Bishop de Toronto.

Cette initiative de PortsToronto est le fruit d’une collaboration avec l’organisme d'animation #NotInMyCity et l'Unité de lutte contre la traite des personnes du Service de police de Toronto (STP).

Fondé par la vedette de la musique country Paul Brandt, #NotInMyCity mène un travail de sensibilisation et des actions collectives afin de prévenir, combattre et faire cesser l'exploitation sexuelle et la traite des personnes - notamment des enfants et des jeunes.

#NotInMyCity est un partenaire de premier plan engagé dans la lutte contre la traite des personnes dans plusieurs branches du secteur des transports au Canada, y compris au sein de l'industrie de l'aviation.


LIRE PLUS – YYZ se joint à une campagne de lutte contre la traite de personnes 


Repérer les indices et agir

L'objectif du programme d'apprentissage est de sensibiliser l'ensemble des employés et partenaires de l'aéroport à la question de l'exploitation sexuelle et de la traite des personnes au Canada.

Il s'agit de faire progresser leur connaissance du sujet, de leur apprendre à repérer les indices de comportement susceptibles de signaler une personne exploitée, et de leur expliquer comment obtenir de l'aide sans mettre en danger la personne en question.

Le cours a été préparé en partenariat avec des experts aéronautiques, en tenant compte des pratiques exemplaires de l'aviation internationale. Les membres du public souhaitant en apprendre davantage à ce sujet sont invités à suivre un cours gratuit en ligne, accessible sur le site (en anglais) notinmycity.ca.


« Nous avons la responsabilité… »

Le 26 janvier, donc, plus de 40 personnes – parmi lesquelles des agents d'exécution, des premiers intervenants et des membres du personnel des compagnies aériennes et de l'aérogare – ont participé à la séance de formation à YTZ.

Par ailleurs, des centaines d'employés travaillant dans toutes les zones de l'aéroport auront accès au programme d'apprentissage en ligne connexe.

« En tant que propriétaires et exploitants d'une plaque tournante essentielle du transport au centre-ville de Toronto, nous sommes conscients que nous avons la possibilité et la responsabilité de fournir à notre personnel l'information et les ressources qui pourraient lui permettre d'influencer le cours des choses et de participer à la lutte contre la traite des personnes dans les aéroports canadiens », explique RJ Steenstra, président et chef de la direction de PortsToronto (la société qui possède et exploite YTZ).

LIRE PLUS – Traite des êtres humains et exploitation sexuelle: Flair sensibilise ses employés 


Parmi les crimes dont la croissance est la plus rapide au Canada

La traite des personnes et l'exploitation sexuelle sont parmi les crimes dont la croissance est la plus rapide au Canada. Il s'agit également de la deuxième plus grande source de revenus illégaux dans le monde.

Au Canada, 21 % des victimes de la traite des personnes ont moins de 18 ans. Il faut également savoir que 50 % des victimes de cette traite sont des personnes autochtones, alors que les peuples autochtones ne représentent que 4 % de la population canadienne.

Les corridors de transport fréquentés par les trafiquants

D'après le Canadian Centre to End Human Trafficking, les corridors de transport sont fréquemment empruntés par les trafiquants :

« Une fois que ces derniers ont recruté une victime, ils la déplacent régulièrement d'une ville à l'autre afin de maximiser les profits, d'accéder à de nouveaux marchés et d'éviter la concurrence. Cela leur permet aussi de garder le contrôle sur la victime. En effet, celle-ci ne sait pas forcément où elle se trouve ni comment demander de l'aide, et cela facilite la tâche aux trafiquants, qui courent moins le risque d'être repérés par la police. Il arrive également que des victimes du travail forcé viennent au Canada par avion, attirés par de fausses promesses d'embauche ou de possibilités d'accès à l'enseignement », détaille-t-on.

Au Canada, toute personne qui pense être témoin ou victime d'une situation de traite des personnes ou d'exploitation sexuelle peut composer le 1-833-900-1010. Si quelqu'un est en danger immédiat, il est préférable de composer le 911.




 


Pour toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX. Suivez-nous sur FacebookLinkedIn et Twitter.



Indicateur