Politique en matière de cookies

Afin de vous offrir une service optimal, ce site utilise des cookies.
En utilisant notre site, vous acceptez notre utilisation des cookies. En savoir plus

Un avion civil russe s’écrase en Égypte


Un avion civil russe s’écrase en Égypte

Un avion civil russe de la compagnie Metrojet, filiale du transporteur Kogalymavia, s’est écrasé samedi en Égypte, 23 minutes après son décollage de la station balnéaire de Sharm el-Sheikh, connue pour ses nombreux centres de villégiature. L’avion devait se rendre à St-Petersburg.

Les 224 passagers et membres d’équipage sont morts dans cet écrasement qui a eu lieu dans le nord du Sinaï, une région instable de l’Égypte, notamment à cause de la présence des militants d’Al Qaïda et de l’État Islamique.

Cette dernière organisation s’est d’ailleurs empressée de revendiquer d'être la cause de la perte de l’appareil sur le réseau social Twitter. Cette hypothèse a toutefois été repoussée par les autorités russes pour le moment, la mouvance terroriste ne disposant pas des missiles adéquats pour atteindre une cible à 31 000 pieds, altitude à laquelle évoluait l’avion avant qu’il ne perde subitement 5000 pieds de hauteur et ne disparaisse des radars.

La Russie a en premier lieu tourné ses soupçons vers le transporteur de vols nolisés et a mené des perquisitions au siège social de l’entreprise pour déceler d’éventuels manquements lors de l’entretien de sa flotte.

Le PDG de la compagnie aérienne russe a déclaré ce matin que la cause de l’accident ne pouvait être qu’extérieure, excluant des problèmes techniques rencontrés sur l’aéronef, en parfait état selon lui, ainsi qu’une défaillance humaine.

 Alexander Smirnov a ajouté que pour lui l’avion était incontrôlable et qu’il ne volait pas mais tombait avant de s’écraser. De plus, il précise que les pilotes n’ont jamais passé d’appels de détresse.

« Pour qu’un avion passe d’une phase de vol à une situation de chute, il faut qu’il ait subi un dégât important sur sa structure », a-t-il expliqué aujourd’hui en conférence de presse, laissant entendre que la présence d’une bombe dans l’appareil était une hypothèse plus que plausible.

Indicateur