Sortez les confettis: c’est aujourd’hui la «Journée de l’aviation civile internationale»!


Sortez les confettis: c’est aujourd’hui la «Journée de l’aviation civile internationale»!

Bon… On présume que vous ne sabrerez pas le champagne pour l’occasion. Notez tout de même que ce 7 décembre se veut la « Journée de l’aviation civile internationale » (ICAD).

Cette journée célèbre chaque année le rôle crucial du transport aérien pour unir le monde. Plus précisément, le 7 décembre commémore la signature par les États de la « Convention relative à l’aviation civile internationale » (ou « Convention de Chicago »). C'était en 1944, il y a 79 ans.

Juan Carlos Salazar, secrétaire général de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), met de l’avant le rôle absolument essentiel que joue l’aviation, selon lui, « pour le dynamisme et le développement durable des communautés partout dans le monde ».

C’est la raison pour laquelle « l’OACI célèbre le fait que les services aériens aient presque totalement repris, à temps pour marquer la Journée de l’aviation civile internationale cette année », déclare-t-il.

LIRE PLUS – L'OACI veut accélérer la décarbonation du transport aérien; l’IATA applaudit!  


Pleins feux sur l’innovation !

Le thème de l’ICAD, cette année, est « Faire progresser l’innovation pour le développement de l’aviation dans le monde ». Il a été choisi par le Conseil de l'OACI.

En effet, selon le président du Conseil, Salvatore Sciacchitano, l’ICAD fournit l’occasion de promouvoir le développement sécurisé, sûr et durable de l’aviation, en élargissant l’accès à ceux qui en ont le plus besoin, tout en s’assurant de ne faire aucun compromis sur les valeurs fondamentales de l'OACI.


Des défis... et des raisons d’être optimistes

M. Sciacchitano souligne que les défis auxquels fait face l’aviation internationale actuellement sont considérables. « Trouver des solutions à l’urgence climatique en particulier nécessitera des niveaux inédits de coopération et d’engagement à l’échelle mondiale », mentionne-t-il.

« Nous avons cependant bien des raisons d’être optimistes », ajoute-t-il, en évoquant les résultats de la troisième « Conférence de l’OACI sur l’aviation et les carburants alternatifs » (CAAF/3), qui s’est conclue aux Émirats arabes unis il y a deux semaines.

« L’innovation technologique et opérationnelle dans le secteur de l’aviation évolue aussi rapidement, ce qui crée des possibilités extrêmement prometteuses pour la durabilité environnementale et apporte des améliorations plus que nécessaires en matière de sécurité, de sûreté et de capacité de l’aviation », avance aussi Salvatore Sciacchitano.

Priorités : zéro décès et zéro émission

Juan Carlos Salazar salue l’esprit de collaboration qui anime l’OACI, ses États membres et d’autres parties prenantes « pour atteindre des niveaux sans précédent de sécurité, de sûreté et de durabilité de l’aviation ».

« Les gouvernements ont exprimé très clairement leurs priorités à l’OACI : zéro décès et zéro émission. Et l’OACI aborde ces objectifs avec une vision claire », déclare-t-il.

L’Organisation se dit totalement engagée à appuyer ces efforts à la fois au moyen de ses orientations à l’endroit des gouvernements et par le biais du renforcement des capacités et des services à la mise en œuvre qu’elle offre.

« Nous renforçons aussi la réciprocité entre ces activités pour améliorer davantage notre soutien », précise M. Salazar, en évoquant, à titre d’exemple, le « Cadre mondial de l’OACI pour les carburants d’aviation durable, les carburants à plus faibles émissions de carbone et autres énergies plus propres pour l’aviation » adoptée lors de la CAAF/3.

« Les principales parties prenantes du secteur de l’aviation et les nouveaux acteurs transforment actuellement le transport aérien à un rythme sans précédent. Les innovations qui émergent sont essentielles pour réaliser la durabilité de notre secteur, et pour sa résilience », conclut Juan Carlos Salazar, en invitant les parties prenantes à appuyer la transformation de l’OACI.




Pour toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX. Suivez-nous sur FacebookLinkedIn et Twitter.



Indicateur