Politique en matière de cookies

Afin de vous offrir une service optimal, ce site utilise des cookies.
En utilisant notre site, vous acceptez notre utilisation des cookies. En savoir plus

Services frontaliers : Ottawa conclut une entente de principe avec l’AFPC


Services frontaliers : Ottawa conclut une entente de principe avec l’AFPC
[ASFC]

Le gouvernement du Canada et l’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC) ont conclu une entente de principe à la table de négociation pour le groupe Services frontaliers. La grève annoncée pour vendredi est évitée !

La convention collective renouvelée doit maintenant être ratifiée par les syndiqués. Le cas échéant, elle s’appliquerait à environ 11 000 fonctionnaires.

Services frontaliers : une entente «équitable pour les fonctionnaires et raisonnable pour les Canadiens»

Le gouvernement souligne avoir passé de longues heures à la table de négociation avec l’AFPC pour trouver des solutions et un terrain d’entente.

« Notre équipe de négociation a travaillé jour et nuit pour offrir à nos membres le meilleur contrat de travail possible », confirme Sharon DeSousa, présidente nationale de l’AFPC.

« En fin de compte, [les deux parties] ont conclu une entente qui est équitable pour les fonctionnaires et raisonnable pour les Canadiens et Canadiennes », souligne le gouvernement.

La convention collective renouvelée du groupe Services frontaliers comprendra des augmentations salariales et d’autres avantages pour les fonctionnaires.

« Voilà une victoire bien méritée pour nos membres à l’ASFC qui protègent nos frontières et assurent la sécurité de toute la population », lance Sharon DeSousa.

Selon Anita Anand, présidente du Conseil du Trésor, cette entente de principe démontre que les meilleures ententes sont toujours conclues à la table de négociation.

« Les fonctionnaires du groupe Services frontaliers jouent un rôle essentiel dans la sûreté et la sécurité de nos frontières et cette entente de principe reconnaît l’importance de ce travail tout en demeurant raisonnable pour les contribuables », déclare-t-elle.

Si cette entente de principe est ratifiée par les membres, le gouvernement aura conclu des ententes avec 18 unités de négociation couvrant plus de 84 % de la fonction publique.

Les détails de l’entente de principe seront divulgués dès que la trousse de ratification sera mise à la disposition des membres, le jeudi 13 juin.

Services frontaliers : la menace de grève dès vendredi écartée

L’entente de principe avec l’AFPC survient alors que le syndicat avait annoncé que plus de 9000 membres partout au pays débrayeraient le 14 juin à minuit (HE) si une entente n’était pas conclue d’ici là. Cette grève, qui devait d’abord être déclenchée vendredi dernier, avait été reportée après que les parties aient décidé de poursuivre la médiation.

« On espère toujours pouvoir éviter les perturbations aux frontières canadiennes. Personne ne veut de grève, mais on a posé un ultimatum au gouvernement pour qu’il nous propose une entente juste et équitable », avait alors déclaré Sharon DeSousa.

Services frontaliers : de qui parle-t-on ?

Sans contrat de travail depuis plus de deux ans, les membres de l’AFPC et du SDI à l’ASFC regroupent les employés suivants :

  • les agentes et agents des services frontaliers aux aéroports, aux postes frontaliers terrestres et aux points d’entrée maritimes et commerciaux;
  • les agentes et agents d’application de la loi dans les bureaux intérieurs;
  • les agentes et agents du renseignement et du commerce;
  • les enquêteuses et enquêteurs;
  • et plus de 2 000 membres civils du bureau national.




Pour toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX. Suivez-nous sur FacebookLinkedIn et X – Twitter.



Indicateur