Mandat de grève des agents de bord: Transat cherche à rassurer les conseillers en voyages


Mandat de grève des agents de bord: Transat cherche à rassurer les conseillers en voyages
[Transat]

Souhaitant rassurer les conseillers en voyages à la suite du mandat de grève obtenu par les agents de bord, Air Transat leur destine une foire aux questions (FAQ).

LIRE PLUS – Grève à l’horizon chez Air Transat?   


Première question : « Quand débutera la grève ? »

En réponse à la première question – « Quand débutera la grève ? » –, Air Transat fait valoir que « pour l'instant, il n'y a pas de grève confirmée » – un argument que la compagnie répétera plusieurs fois.

« L'obtention par le syndicat d'un mandat de grève est un processus normal lorsque les parties sont en conciliation et ne veut pas nécessairement dire qu'une grève sera déclarée », souligne Air Transat.

Et si néanmoins il y avait grève ? Le cas échéant, « ce serait au plus tôt le 3 janvier 2024 », indique Transat.


« Les discussions progressent bien »

Entre-temps, Air Transat assure que les discussions progressent bien. La Société affirme maintenir d'excellentes relations de travail avec ses employés. Elle souligne entretenir également d'excellentes relations avec les représentants syndicaux. Dans les circonstances, Transat affirme déployer tous les efforts nécessaires pour trouver une entente qui pourra satisfaire les deux parties.

« Nous avons bon espoir de trouver un accord et faisons tout notre possible pour que les négociations actuelles n'affectent pas les plans de voyage de notre clientèle », déclare la compagnie.

Deuxième question : l’impact sur les réservations

La deuxième question à laquelle Air Transat fournit une réponse est celle-ci :

Est-ce que ce mandat de grève aura un impact sur les réservations [des] clients ?

« Nous comprenons que vos clients et vous-mêmes puissiez vous interroger sur l'impact des négociations en cours avec nos agents de bord sur leur réservation », répond Air Transat aux conseillers en voyages.

Du même souffle, la Société aérienne répète que l’obtention par le syndicat d'un mandat de grève ne veut pas nécessairement dire qu'une grève sera effectivement déclarée.


« Les deux parties partagent le même objectif »

« Nous sommes conscients de l'importance de la période des Fêtes pour vos clients et souhaitons éviter à tout prix que ceux-ci doivent changer leurs plans dans les prochaines semaines », assure Air Transat.

Et d’ajouter :

« Il est important de se rappeler que les deux parties partagent le même objectif et mettent présentement les efforts nécessaires pour éviter tout impact sur les opérations. »

3e question : les clients peuvent-ils annuler ou modifier leur réservation ?

La troisième et dernière question à laquelle répond Air Transat est celle-ci :

Est-ce que [les] clients peuvent annuler ou modifier leur réservation ?

Avant d’y répondre, la Société aérienne réitère qu’elle fait tout son possible pour que les négociations actuelles n'affectent pas les plans de voyage des clients. Et elle insiste encore une fois sur le fait qu’« il n’y a pas de grève confirmée ».

« Nous nous engageons à vous tenir informés de tout développement susceptible d'impacter les vols », promet Air Transat aux conseillers en voyages.

Et en ce qui concerne plus directement la question, Air Transat rappelle simplement la pratique habituelle :

« Vos clients peuvent modifier ou annuler leur réservation, selon les termes et conditions de leur classe tarifaire. »

Une conseillère nous confie : « Ça commence à me stresser, oui… »

Sous le couvert de l’anonymat, une conseillère en voyages a confié à PAX que la situation commençait à la stresser – « car les clients sont eux-mêmes préoccupés. Et avec raison ! »

« Les gens aimeraient annuler et rebooker avec d'autres compagnies aériennes, mais ils sont coincés », observe-t-elle.

Néanmoins, notre interlocutrice se dit confiante que les parties conviendront d’un compromis et que la grève sera évitée.

« C'est sûr que ça va s'arranger, car Transat ne peut pas se permettre ça. Je crois qu’ils vont couper la poire en deux avec le personnel de bord et que ça va passer », prédit-elle.

LIRE PLUS – «Le travail non payé, c’est du vol»: les agents de bord canadiens choqués par le refus d’agir d’Ottawa 


Rappel

Rappelons que le Syndicat canadien de la fonction publique a annoncé, le 27 novembre, que ses 2100 membres agents de bord d’Air Transat avaient approuvé à la quasi-unanimité (99,8 %) un mandat de grève lors d’assemblées générales. En vertu du Code canadien du travail, cette grève pourrait être exercée légalement à compter du 3 janvier 2024.

« En cas de grève, il faut prévoir que la totalité des vols seront annulés », prévenait le SCFP.

Le syndicat convenait néanmoins qu’il demeurait possible de conclure une entente de principe sans le recours à la grève. « La balle est dans le camp de l’employeur », indiquait Dominic Levasseur, président de la composante Air Transat du SCFP, en soulignant que les prochaines semaines de négociation seraient cruciales.

Le SCFP mentionnait aussi que la convention collective de ces agents de bord basés à Montréal-Trudeau (YUL) et Toronto Pearson (YYZ) est arrivée à échéance le 31 octobre 2022. La négociation a commencé officiellement le 27 avril 2023.

Dominic Levasseur soulignait qu’après avoir dû consentir à d’importants sacrifices lors des périodes difficiles au fil des 15 dernières années, les agents de bord d’Air Transat sont « gonflés à bloc » en raison de la hausse vertigineuse du coût de la vie et le contexte favorable de l’industrie.

« Il faut savoir que plus de 50 % d’entre eux sont obligés d’avoir un deuxième voire un troisième emploi pour boucler leur budget, et que leur salaire de départ est de seulement 26 577 $ par année », précisait-il.

Le SCFP indiquait aussi que la question du travail non payé est également objet de la négociation en cours.





Pour toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX. Suivez-nous sur FacebookLinkedIn et Twitter.



Indicateur