Politique en matière de cookies

Afin de vous offrir une service optimal, ce site utilise des cookies.
En utilisant notre site, vous acceptez notre utilisation des cookies. En savoir plus

Les Canadiens font face à une hausse des frais aéroportuaires tandis que les aéroports luttent contre leurs dettes


Les Canadiens font face à une hausse des frais aéroportuaires tandis que les aéroports luttent contre leurs dettes
[Toronto Pearson]

L’augmentation générale des prix à la sortie de COVID sévit aussi dans les aéroports du Canada.

En effet, les voyageurs canadiens font face à des frais aéroportuaires plus élevés, puisque la pandémie a presque annulé les revenus des aéroports pendant quelque deux ans, entraînant une augmentation de leurs niveaux d'endettement.

Une analyse publiée lundi (6 mars) par l'agence mondiale de notation de crédit DBRS Morningstar confirme que la pandémie a perturbé le modèle économique « relativement stable » et résilient du secteur aéroportuaire pré-COVID.

Collectivement, le budget des aéroports canadiens s'est alourdi de quelque 3,2 M$ de dettes combinées, rapporte la Presse canadienne.
 

LIRE PLUS – Chaos dans les aéroports: le TRAN dépose son rapport – bien accueilli par les compagnies aériennes   


Le soutien d'Ottawa tombe à plat

Selon l'agence de notation, l'une des raisons de cette situation est liée aux subventions du gouvernement canadien qui ont été présentées pendant la pandémie; cela tient au fait que ces subventions ont principalement servi les compagnies aériennes – et non les autorités aéroportuaires.

Cette situation contraste avec celle des aéroports américains, qui ont reçu d'importantes aides financières au plus fort de la crise sanitaire. Pour leur part, les aéroports canadiens n'ont bénéficié que d'un soutien « modeste », comme celui du Programme des infrastructures essentielles des aéroports de Transports Canada, lancé en mai 2021, qui fournit 571,2 M$ aux aéroports sur cinq ans.

« Le gouvernement canadien n'a pas démontré une volonté, ou perçu un besoin matériel, de fournir un soutien financier important aux aéroports canadiens », indique l'agence de notation.

Hausse des frais aéroportuaires

À l'aéroport le plus fréquenté du Canada, l'aéroport international Pearson de Toronto (YYZ), les frais d'amélioration aéroportuaire ont donc été augmentés à deux reprises, passant de 5 $ à 35 $ pour les passagers en partance. Cette mesure fait suite aux pertes de 383 M$ et de 350 M$ rapportées par YYZ en 2020 et 2021.

À l'aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal (YUL), les frais sont passés de 30 à 35 dollars en 2021. L'autorité aéroportuaire de Regina, quant à elle, prévoit d'augmenter les frais de 10 $ par passager en partance, pour les porter à 30 $ le 1er avril.


Le coût des projets suspendus augmente lors de leur relance

Par ailleurs, l'agence de notation souligne que les coûts d'exploitation et les dépenses d'investissement des aéroports sont également en hausse en raison de l'inflation.

Les augmentations de tarifs sont devenues « nécessaires », car les aéroports relancent des projets d'investissement à des coûts plus élevés après que plusieurs d'entre eux aient été suspendus pendant la période de la COVID.

« La pression accrue exercée sur les aéroports canadiens pour qu'ils augmentent leurs redevances reflète l'effet combiné de l'augmentation de l'effet de levier accru pendant la pandémie et de la nature non subventionnée et sans but lucratif du modèle d'entreprise des aéroports canadiens », indique la note d'analyse.

Sa conclusion :

« Plus il faudra de temps à un aéroport pour augmenter/reconstruire le trafic et pour atteindre la capacité prévue des installations, qui ont été développées avec de l'argent emprunté, plus cette pression persistera. »

 

 




Pour toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX. Suivez-nous sur FacebookLinkedIn et Twitter.


Indicateur