Mercredi,  21 février 2024 06:56 

Les plus grandes agences du monde en 2015


Les plus grandes agences du monde en 2015

Les deux grandes agences en ligne qui occupaient le sommet du classement des plus grandes agences de voyages du monde, l’an dernier, continuent à creuser l’écart qui les sépare d’American Express et de Carlson Wagonlit.

À ce rythme là, leur chiffre d’affaires devrait atteindre le double de celui des deux leaders du voyage corporatif dès 2017, si ce n’est pour l’an prochain.  Il faut dire qu’ils ont multiplié les acquisitions et qu’Expedia avalera bientôt Orbitz, une autre agence en ligne qui figure en septième position (avec 12,4 milliards de chiffre d’affaires) au sein du palmarès dressé par le magazine spécialisé Travel Weekly.

Rappelons qu’Expedia déploie également les marques Hotwire, Hotels.com, Travelocity, TripAdvisor, CarRentals.com et plusieurs autres, alors que Priceline est la compagnie propriétaire de Booking.com, RentalCars, Kayak (le comparateur de vols le plus populaire) et, depuis tout récemment d’OpenTable. Pour sa part, Orbitz qui rejoindra bientôt le giron d’Expedia, est aussi propriétaire de CheapTickets et HotelClub.

Fareportal/Travelong (les sites CheapAir.com et OneTravel.com) continue à progresser, ce qui lui permet de gagner une place au palmarès (deux, par rapport à 2013).

Pendant ce temps là, les agences traditionnelles font du surplace. C’est le cas des quatre grands du voyage corporatif (American Express, Carlson Wagonlit, BCD et HRG) et ça l’est aussi pour la seule grande agence «loisirs» du Top10, AAA, dont le chiffre d’affaires n’a progressé que de 1,3%.

Nous avons réservé une petite place – la 11e – au Travel Leaders Group, parce que le classement ne rend pas justice à ce consortium. Si on tenait compte de ses ramifications, son chiffre d’affaires excèderait les 20 milliards $. Rappelons que le Travel Leaders Group déploie 4600 agents à domicile (NEXION, c’est eux), un grand regroupement d’agences (Vacation.com), un réseau de franchises (Cruise Holidays) et plusieurs autres marques. Aux États-Unis, près d’un conseiller en voyages sur trois (30%) travaille pour une compagnie appartenant ou affiliée au Travel Leaders Group.

La productivité par conseiller

Au chapitre de la productivité, on constate qu’avec ses 18 210 employés pour un chiffre d’affaires de 50,4 milliards $, Expedia affiche un rapport de productivité de 2,7 millions $ par employé, inchangé depuis l’année précédente. Priceline, fait encore mieux avec ses 12 700 employés qui génèrent un chiffre d’affaires moyen de 3,9 millions $ par tête.

Dans une agence corporative très performante comme BCD Travel, il s’élève à 2,2 millions $/employé, comparativement à 1,43 millions $/employé chez Carlson Wagonlit, pourtant active dans le même créneau des comptes commerciaux. Et dans une agence «loisirs» traditionnelle comme AAA Travel, l’équivalent américain de notre Voyages CAA-Québec, chaque employé traite annuellement un chiffre d’affaires de 945 000 $ (en hausse de 17 000 $ sur l’année précédente et de 54 000 sur 2013, signe que la productivité s’améliore). Bref, le modèle d’affaires d’une agence comme Expedia est trois fois moins coûteux, sur le plan salarial, que celui de l’agence traditionnelle. Là s’arrête la comparaison, puisqu’on ne s’adresse pas au même type de clientèle et qu’on ne dispense pas – il s’en faut de beaucoup !– le même niveau de service.

Cette année, 21 agences répertoriées dans la Power List du magazine Travel Weekly réalisaient un chiffre d’affaires supérieur à 1 milliard $, comparativement 16, l’an dernier.  

 

Indicateur