Politique en matière de cookies

Afin de vous offrir une service optimal, ce site utilise des cookies.
En utilisant notre site, vous acceptez notre utilisation des cookies. En savoir plus

Dimanche,  25 février 2024 03:43 

Après un incident, les É.-U. clouent au sol les B737-9 MAX (mais les cies canadiennes ne volent pas sur ce modèle)


Après un incident, les É.-U. clouent au sol les B737-9 MAX (mais les cies canadiennes ne volent pas sur ce modèle)
[@Kyrinker/X]

Les compagnies aériennes canadiennes ont confirmé qu'elles n'exploitent pas le modèle d'avion Boeing que les autorités américaines ont temporairement cloué au sol au cours du week-end, après qu'un avion d'Alaska Airlines ait été victime d'un incident vendredi (5 janvier).

En effet, Air Canada, WestJet, Sunwing, Flair et Lynx ont déclaré aux médias samedi (6 janvier) qu'elles n'exploitaient pas de Boeing 737-9 MAX, l’appareil que la Federal Aviation Administration (FAA) des États-Unis inspecte actuellement afin de déterminer pourquoi un hublot a explosé peu après le décollage.

Les compagnies aériennes canadiennes ont indiqué qu'elles ne volent qu'en 737-8 MAX, dont la configuration des portes est apparemment différente de celle du modèle 9.

« Air Canada ne possède que la version Boeing 737-8 de l'avion MAX dans sa flotte. Nous avons 40 de ces appareils et ils ont fonctionné de façon très fiable avec un excellent dossier de sécurité. La configuration de la porte de sortie au milieu de la cabine ne s'applique qu'au 737 MAX 9 et n'est pas présente sur notre 737 MAX 8 », a indiqué Air Canada à CTV News. ".

WestJet a également confirmé au média que son Boeing MAX 8 « n'a pas la même porte que celle en cause dans cet événement ».

Les Boeing 737 MAX-9 ne sont pas non plus utilisés par Air Transat ou par Porter Airlines.


Un trou béant…

L'incident d'Alaska Airlines, qui s'est produit à près de cinq kilomètres au-dessus de l'Oregon vendredi en fin de journée, a laissé un trou béant qui a contraint les pilotes à effectuer un atterrissage d'urgence.

Des photos mises en ligne par des passagers semblent montrer qu'un panneau pouvant servir de porte de secours optionnelle à l'arrière de la cabine centrale s'est arraché.

Selon les rapports, Alaska Airlines, qui transportait 177 passagers et membres d'équipage au moment de l'incident, a atterri sans encombre à Portland.


« Nous avons beaucoup de chance »

Le siège situé à côté du panneau qui s'est détaché lors du vol d'Alaska Airlines était inoccupé à ce moment-là, selon les reportages. 

« Nous avons beaucoup de chance que cela ne se soit pas terminé de manière plus tragique », a déclaré la présidente du National Transportation Safety Board (NTSB), Jennifer Homendy, samedi 6 janvier.

Annulations et inspections

Selon les données de FlightAware, Alaska Airlines a annulé plus de 100 vols, soit 15 % de son programme du samedi à la mi-journée.

Comme le rapporte la BBC, Alaska Airlines a déclaré qu'elle immobiliserait «temporairement» ses 65 appareils 737 MAX 9 pour procéder à des inspections. Les inspections dureront de quatre à huit heures par avion et concerneront environ 171 avions dans le monde, a précisé une dépêche de l'Associated Press.

United a déclaré que les inspections entraîneraient une soixantaine d'annulations.

À l'étranger, l'autorité de l'aviation civile britannique (CAA) a confirmé qu'aucun 737 MAX 9 n'était immatriculé au Royaume-Uni.

« Nous avons écrit aux transporteurs non britanniques et étrangers pour leur demander de procéder à des inspections avant d'opérer dans l'espace aérien britannique », a écrit la CAA sur X (ex-Twitter).

Turkish Airlines, quant à elle, a rappelé ses cinq avions MAX 9 pour des contrôles de sécurité.


L'avion était neuf

L'avion d'Alaska Airlines qui a perdu sa porte de sortie était presque neuf, puisqu'il n'était en service que depuis novembre, selon Flightradar24.

Le MAX 9 est la version la plus récente du 737 de Boeing, un avion bimoteur monocouloir couramment utilisé pour les vols intérieurs aux États-Unis. L'avion est entré en service pour la première fois en mai 2017.

Rappelons que la série 737 MAX de Boeing n'est pas étrangère à la controverse. Ainsi, en mars 2019, Transports Canada avait cloué au sol tous les Boeing 737 MAX du pays à la suite de deux accidents survenus à l'étranger, lesquels avaient entraîné la mort de 346 passagers. L'ordre a été levé en janvier 2021.


« La sécurité est notre priorité absolue… »

À la suite de l’incident d’Alaska Airlines, Boeing a publié samedi la déclaration suivante :

« La sécurité est notre priorité absolue et nous regrettons profondément l'impact que cet événement a eu sur nos clients et leurs passagers. Nous sommes d'accord et soutenons pleinement la décision de la FAA d'exiger des inspections immédiates des avions 737-9 ayant la même configuration que l'avion affecté. »

« En outre, une équipe technique de Boeing apporte son soutien à l'enquête menée par le NTSB sur l'événement survenu la nuit dernière. Nous resterons en contact étroit avec notre régulateur et nos clients. »






Pour toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX. Suivez-nous sur FacebookLinkedIn et Twitter.




Indicateur