Politique en matière de cookies

Afin de vous offrir une service optimal, ce site utilise des cookies.
En utilisant notre site, vous acceptez notre utilisation des cookies. En savoir plus

Les agents de bord travaillent gratis une semaine par mois (selon un sondage)


Les agents de bord travaillent gratis une semaine par mois (selon un sondage)
[SCFP]

Un sondage réalisé auprès des agents de bord canadiens démontrerait que ces derniers effectuent en moyenne 34,86 heures de travail non rémunéré chaque mois – soit l’équivalent d’une semaine du travail gratis mensuellement.

« Un secret honteux »

Cette enquête a été menée entre le 10 décembre 2022 et le 11 janvier 2023 auprès des agents de bord membres de la Division du transport aérien du SCFP. Elle a récolté 9807 réponses.

Selon le syndicat, les résultats démontrent clairement à quel point le problème du travail non rémunéré est devenu endémique dans le secteur aérien.

« Le travail non rémunéré est un secret honteux dans ce secteur et nous sommes déterminés à l’éradiquer », s’insurge Wesley Lesosky, président de la Division du transport aérien du SCFP.

Il ajoute :

« Si nous sommes sur le lieu de travail, en uniforme, en train d’effectuer des tâches, nous devrions être payés, point final. »

Parmi les tâches (en grande partie) non rémunérées…

Selon le sondage, on compte parmi les tâches en grande partie non rémunérées :

  • l’embarquement,
  • la préparation au sol,
  • la préparation avant l’embarquement,
  • la préparation de la cuisine,
  • d’autres tâches avant le vol.

Le SCFP évalue donc qu’au total, chaque agent de bord au Canada effectue près d’une semaine complète de travail à temps plein non rémunéré au cours d’un bloc typique, qui est généralement d’un mois.


Formation obligatoire à rabais ?

Le syndicat rapporte également que plus de la moitié des quelque 10 000 participants à l’enquête affirment être rémunérées en dessous de leur taux horaire complet pour la formation obligatoire.

« Dans l’état actuel des choses, lorsqu’une agente ou un agent de bord suit une formation sur la gestion d’un problème de sécurité ou d’un problème médical en vol, ou aide une personne en fauteuil roulant à se rendre à son siège, il ou elle n’est pas payé(e) ce qui lui est dû », explique Wesley Lesosky.

Et de conclure :

« Je ne comprends pas comment on peut justifier cela. »

La Division du transport aérien du SCFP rappelle représenter près de 18 500 agentes et agents de bord dans dix compagnies aériennes canadiennes.

 

 



Pour toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX. Suivez-nous sur FacebookLinkedIn et Twitter.



Indicateur