«Une occasion manquée» – Le CNLA déçu par l’«Énoncé économique de l’automne» du gouvernement fédéral


«Une occasion manquée» – Le CNLA déçu par l’«Énoncé économique de l’automne» du gouvernement fédéral
Jeff Morrison, président du CNLA.

Le Conseil national des lignes aériennes du Canada se dit déçu à plusieurs titres par l’« Énoncé économique de l’automne » présenté mardi (21 novembre) par la ministre des Finances du Canada, Chrystia Freeland.

L’organisation qui représente les plus grandes lignes aériennes de passagers du Canada (Air Canada, Air Transat, Jazz Aviation LP et WestJet) évoque « une occasion manquée » !

 
 

LIRE PLUS – Projet de loi C-52: dans la bonne direction, mais des changements sont nécessaires, dixit le CNLA   


Absence d’incitations pour le SAF

Le CNLA critique notamment l’Énoncé économique de l’automne parce qu’on n’y trouve rien pour encourager la production de carburant d’aviation durable (SAF) au Canada. 

Le CNLA soutient que la production à grande échelle de ce carburant qui émet jusqu’à 80 % moins d’émissions de carbone que le carburant traditionnel est essentielle pour que les compagnies aériennes du Canada et du monde entier atteignent leurs engagements en matière de carboneutralité d’ici 2050.

« L’utilisation de SAF est le principal moteur de réduction des émissions de carbone, mais sans incitatifs fédéraux pour produire du SAF au Canada, il n’y aura pas d’approvisionnement national en SAF », explique Jeff Morrison, président du CNLA.

Selon lui, cela « continuera de désavantager les transporteurs aériens et le système d’aviation du Canada sur le plan de la concurrence, et il sera de plus en plus difficile pour les lignes aériennes de respecter leurs engagements en matière de carboneutralité d’ici 2050. »


Les moins de 14 ans assis sans frais à côté de l’adulte qui les accompagne…

Par ailleurs, le CNLA se montre irrité par un des engagements de l’Énoncé économique de l’automne – celui voulant modifier le Règlement sur la protection des passagers aériens (RPPA) pour obliger les compagnies aériennes à placer tous les enfants de moins de 14 ans à côté de l’adulte qui les accompagne, et ce, sans frais supplémentaires.

« Il convient de noter que toutes les lignes aériennes membres du CCNA ont déjà mis en place une telle politique », souligne le CNLA.

À propos de l’abordabilité des voyages par avion

Le CNLA note que l’Énoncé économique de l’automne contenait un certain nombre de mesures visant à remédier à la crise du coût de la vie que vivent les Canadiens. À cet égard, l’organisation rappelle à Ottawa qu’« un secteur de l’aviation concurrentiel et robuste est essentiel à l’abordabilité des voyages par avion ».

Du même souffle, le CNLA critique les modifications proposées par l’OTC en juillet dernier au RPPA qui, à ses yeux, « augmenteraient les coûts des voyages en avion, réduiraient la connectivité régionale et pénaliseraient la sécurité et ne feront rien pour améliorer les voyages en avion au Canada ».

«Dans l’esprit d’abordabilité et de concurrence exprimé dans la mise à jour économique d’aujourd’hui, nous demandons encore une fois au gouvernement de veiller à ce que les règlements du RPPA reflètent les préoccupations croissantes exprimées par les aéroports, les compagnies aériennes, les syndicats, le secteur du tourisme, les entreprises et d’autres personnes profondément préoccupées par les répercussions du projet de règlement de juillet 2023 sur la connectivité et la concurrence du transport aérien », conclut Jeff Morrison.





Pour toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX. Suivez-nous sur FacebookLinkedIn et Twitter.



Indicateur