Politique en matière de cookies

Afin de vous offrir une service optimal, ce site utilise des cookies.
En utilisant notre site, vous acceptez notre utilisation des cookies. En savoir plus

L’ACTA réitère son opposition à AA sur les points de fidélité – et critique sa mise en œuvre de la NDC


L’ACTA réitère son opposition à AA sur les points de fidélité – et critique sa mise en œuvre de la NDC

Par voie de communiqué, l’ACTA réitère son opposition à la décision d’American Airlines de limiter l’accumulation de points de fidélité des voyageurs aux réservations directes ainsi qu’à un groupe restreint d’agences de voyages.

Parallèlement, l’ACTA entame un autre combat contre AA et dénonce sa façon de mettre en œuvre la NDC (nouvelle capacité de distribution).


LIRE PLUS – AA restreint ses points de fidélité aux résas directes ou à celles d’agences privilégiées; l’ACTA proteste!   


En ce qui concerne les points de fidélité…

En ce qui concerne les points de fidélité, l’ACTA rappelle qu’American Airlines a annoncé en février qu’à compter du 1er mai 2024, leur accumulation ne serait possible que sur les réservations directes faites auprès de AA et de certaines compagnies aériennes partenaires, ainsi qu’une liste spécifique d’« agences de voyages privilégiées ».

À l’instar de l’ASTA, l’ACTA avait aussitôt protesté contre cette décision, estimant que celle-ci avait pour effet de « marginaliser de fait un grand nombre d’agences et de conseillers en voyages ».

Plusieurs semaines ont passé depuis, mais l’Association maintient fermement son opposition à la décision de AA (la compagnie aérienne reste également campée sur sa position).


« Cette décision éloignera inévitablement les clients des agences »

« Cette mesure restreint directement le choix des consommateurs et dévalorise le rôle essentiel des agences de voyages et des conseillers dans la chaîne de valeur de l’industrie », proteste l’ACTA dans une nouvelle déclaration.

« En liant les primes de fidélité aux réservations directes ou effectuées par l’intermédiaire d’un nombre limité d’agences privilégiées, American Airlines limite considérablement les canaux par lesquels les consommateurs peuvent gagner des points de fidélité. »

« Cette décision éloignera inévitablement les clients des agences de voyages et des conseillers qui sont les mieux placés pour défendre leurs intérêts et leur proposer des options de voyages complètes et compétitives. »

« Les consommateurs comptent sur les agences et les conseillers en voyages pour leur fournir des conseils d’experts objectifs et un large éventail d’options de voyage adaptées à leurs besoins et à leurs préférences. »

« Restreindre la possibilité de gagner des points de fidélité par le biais de ces canaux désavantagera sans aucun doute les consommateurs qui apprécient de réserver par l’intermédiaire de leurs partenaires de voyage de confiance. »

« En outre, cette décision aura des conséquences considérables sur l’ouverture et la compétitivité du marché du voyage. En tirant parti de sa position pour restreindre le choix des consommateurs, American Airlines s’engage dans des pratiques qui conduiront à des prix plus élevés, à l’étouffement de l’innovation et à un secteur du voyage moins dynamique. »


Oui à la NDC; non à la manière !

En plus de ses préoccupations concernant les points de fidélité, l’ACTA se montre aussi préoccupée par la volonté d’American Airlines d’imposer l’adoption de la NDC à l’industrie du voyage. Selon l’Association, cela aurait de graves conséquences fortuites pour les agences de voyages, les conseillers en voyages et les consommateurs.

L’ACTA prend soin de préciser qu’elle reconnaît les avantages potentiels de la NDC et qu’elle soutient les avancées technologiques dans l’industrie du voyage. Néanmoins…

« Nous sommes très préoccupés par la manière dont American Airlines met en œuvre ce changement », indique Wendy Paradis, présidente de l’ACTA.

Wendy Paradis, présidente de l’ACTA.


Des seuils irréalistes

Selon elle, les exigences fixées par AA pour que les agences obtiennent le statut « privilégié » sont excessivement strictes et ne tiennent pas compte des diverses capacités et ressources des agences de voyages à travers le pays.

« L’exigence d’un seuil d’utilisation des NDC de 30 % d’ici le 21 avril 2024 et de 70 % d’ici le 30 avril 2025 n’est tout simplement pas réalisable pour de nombreuses agences de voyages et conseillers, en particulier les petites entreprises indépendantes, dans les délais impartis. Cette mesure affectera de manière disproportionnée les agences qui manquent d’infrastructure technologique ou de ressources pour se conformer à ces lourdes exigences », explique Wendy Paradis.


AA appelée à se raviser et à discuter

L’ACTA exhorte donc American Airlines à reconsidérer cette décision et à s’engager dans un dialogue significatif avec la communauté du voyage au détail, et ce, tant pour ce qui est de trouver une approche plus équilibrée de la mise en œuvre des NDC que pour ce qui est de changer le programme de fidélité.

« Nous croyons fermement que tout changement doit être un processus collaboratif qui prend en compte les besoins et les préoccupations de toutes les parties prenantes, plutôt qu’une décision unilatérale », plaide Wendy Paradis.

La présidente de l’ACTA fait donc valoir que son organisation reste fermement engagée à travailler avec toutes les parties concernées pour développer « des solutions qui favorisent l’innovation, l’efficacité et la satisfaction des clients tout en maintenant un marché équitable et compétitif ».

« Cependant, nous nous opposons vigoureusement à toute action qui ignore les intérêts des agences de voyages, des conseillers et des consommateurs », enchaîne-t-elle.

« Ce n’est qu’en travaillant ensemble que nous pouvons tracer la voie qui protège le choix du consommateur, embrasse les avancées technologiques et assure une industrie du voyage prospère et compétitive pour tous les Canadiens », conclut Wendy Paradis.



 


Pour toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX. Suivez-nous sur FacebookLinkedIn et X – Twitter.





Indicateur