Politique en matière de cookies

Afin de vous offrir une service optimal, ce site utilise des cookies.
En utilisant notre site, vous acceptez notre utilisation des cookies. En savoir plus

Lundi,  22 juillet 2024   17:16
Boeing va plaider coupable d'une accusation de fraude criminelle liée aux crashs du 737 MAX
Le siège social de Boeing à Pleasanton, Californie. [Shutterstock/Michael Vi]

Boeing va plaider coupable d'une accusation de fraude criminelle liée à deux crashs d'avions de ligne 737 MAX qui ont tué 346 personnes.

Le gouvernement américain a déterminé que l'entreprise avait violé un accord qui la protégeait des poursuites depuis plus de trois ans, a révélé le ministère américain de la Justice (DOJ).

Le DOJ a également indiqué que le constructeur aéronautique avait accepté de payer une amende pénale de 243,6 M$US.

Les familles des personnes décédées lors de ces vols il y a cinq ans ont cependant critiqué cet accord, le qualifiant de « marché de dupes » qui permettrait à Boeing de se soustraire à l'entière responsabilité de ces décès. En effet, en plaidant coupable, Boeing évitera le spectacle d'un procès pénal, ce que les familles des victimes réclamaient avec insistance.

La prochaine étape consiste à faire approuver le règlement par un juge américain.

Deux crashs distincts (mais similaires)

Tout remonte à deux avions 737 MAX qui se sont écrasés dans des accidents distincts mais presque identiques. Les deux crashs meurtriers ont été liés à des systèmes de contrôle de vol défectueux.

En octobre 2018, les 189 personnes à bord d'un vol Lion Air sont mortes après que leur Boeing s'est écrasé dans la mer de Java 13 minutes après le décollage de Jakarta. En mars 2019, un vol d'Ethiopian Airlines s'est écrasé six minutes après son décollage d'Addis-Abeba. Les 157 personnes à bord ont été tuées.

Les familles des victimes avaient demandé une amende de 24,8 G$ et que la compagnie soit poursuivie en justice pour ce qu’elles considèrent comme « le crime d'entreprise le plus meurtrier de l'histoire des États-Unis ».

Une entreprise en crise

Ce n'est qu'un chapitre de plus dans le mauvais bilan de Boeing en matière de sécurité. L'entreprise est en crise depuis les crashs de 2018 et 2010, qui ont conduit à l'immobilisation mondiale d’appareils pendant plus d'un an.

En 2021, les procureurs ont inculpé Boeing pour un chef d'accusation de complot visant à frauder les régulateurs, alléguant une dissimulation concernant son système de contrôle de vol MCAS, qui aurait été à l'origine des deux crashs.

À l'époque, l'entreprise avait reconnu dans un accord qu'elle avait induit en erreur les organismes de réglementation de la sécurité aérienne sur certains aspects de l'avion et elle avait promis de créer un nouveau système de conformité pour détecter et prévenir les fraudes.

Il a été convenu de ne pas poursuivre Boeing si la société payait une pénalité et s'acquittait de trois ans de surveillance et de rapports accrus.

En janvier, peu avant la fin de cette période de trois ans, l'enquête a repris après qu'un panneau de porte d'un avion fabriqué par Boeing et exploité par Alaska Airlines a explosé peu après le décollage, obligeant l'appareil à effectuer un atterrissage d'urgence.

La dernière décision de Boeing d'accepter un accord de plaidoyer aura pour conséquence que l'entreprise, l'un des deux plus grands fabricants de jets commerciaux au monde, aura un casier judiciaire, a indiqué la BBC.




Pour toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAXSuivez-nous sur FacebookLinkedIn et X – Twitter.



Partagez cet article:
Indicateur