Politique en matière de cookies

Afin de vous offrir une service optimal, ce site utilise des cookies.
En utilisant notre site, vous acceptez notre utilisation des cookies. En savoir plus

Bagages égarés : l’industrie progresse pour réduire ce problème, selon l’IATA


Bagages égarés : l’industrie progresse pour réduire ce problème, selon l’IATA

L'Association du transport aérien international (IATA) vient de publier un rapport mondial sur les progrès réalisés dans la mise en œuvre du suivi des bagages.

Menée auprès de 155 compagnies aériennes et 94 aéroports, cette enquête démontre effectivement que l'industrie progresse dans la réduction des mauvaises manipulations de bagages.

En 2022, le taux mondial de problèmes de bagages était de 7,6 pour 1 000 passagers, selon SITA. La majorité d'entre eux ont été restitués dans les 48 heures. « Entre 2007 et 2022, le nombre de problèmes de bagages a diminué de près de 60 %. C'est une bonne nouvelle », commente Monika Mejstrikova, directrice des opérations terrestres de l'IATA.

« Mais les voyageurs attendent mieux; et l'industrie est déterminée à apporter d'autres améliorations », enchaîne-t-elle.

Une enquête axée sur la Résolution 753 de l'IATA

L’enquête était axée sur la Résolution 753 de l'IATA, adoptée en juin 2018, qui exige le suivi des bagages lors de l'acceptation, du chargement, du transfert et à l'arrivée.

Selon Mme Mejstrikova, le suivi des bagages lors de l'acceptation, du chargement, du transfert et de la livraison peut fournir à l'industrie les données dont elle a besoin pour s'améliorer.

« Le suivi réduit les problèmes de bagages dans leur ensemble et aide les compagnies aériennes à réunir les bagages égarés avec leurs propriétaires encore plus rapidement », dit-elle.

L’enquête démontre que 44 % des compagnies aériennes 44 % des compagnies aériennes ont pleinement mis en œuvre cette résolution 753 et que 41 % sont en train de le faire.

Cela démontre que « les voyageurs peuvent avoir encore plus confiance que leurs bagages seront sur le tapis roulant à l'arrivée », soutient Monika Mejstrikova.

L’IATA relève toutefois que les taux d'adoption complets de la Résolution 753 par les compagnies aériennes varient régionalement : de 88 % en Chine et en Asie du Nord à 60 % en Amérique, 40 % en Europe et en Asie-Pacifique, et 27 % en Afrique.

Par ailleurs, 75 % des aéroports interrogés disposent de la capacité de suivre les bagages conformément à la Résolution 753.

Cependant, l’état de la préparation des aéroports à la Résolution 753 varie en fonction de leur taille :

  • 75 % des méga-aéroports – plus de 40 M de passagers (parviennent à appliquer la Résolution 753);
  • 85 % des grands aéroports – de 25 à 40 M de passagers;
  • 82 % des aéroports de taille importante – de 15 à 25 M de passagers;
  • 61 % des aéroports de taille moyenne – de 5 à 15 M de passagers.

La numérisation optique des codes-barres est la technologie de suivi dominante mise en œuvre par la majorité des aéroports (73 %) interrogés.

Le suivi par RFID, plus efficace, est mis en œuvre dans 27 % des aéroports interrogés. L’IATA note que cette technologie RFID a connu des taux d'adoption plus élevés dans les méga-aéroports (54 % d'entre eux ayant déjà mis en œuvre ce système de suivi avancé).

La « messagerie moderne » pour réduire le nombre de bagages égarés

L’IATA rappelle que sa Résolution 753 exige que les compagnies aériennes échangent des messages de suivi des bagages avec leurs partenaires interlignes et leurs agents.

Selon l’Association, l'infrastructure de messagerie actuelle des bagages dépend de technologies héritées utilisant des messages de type B coûteux. Ce coût élevé nuit à la mise en œuvre de la Résolution 753 et contribue à des problèmes de qualité de message, entraînant une augmentation des problèmes de bagages.

L'IATA dirige donc la transition de l'industrie du type B vers la messagerie moderne des bagages basée sur des normes XML. Le premier projet pilote pour tester la messagerie moderne des bagages entre l'aéroport et les compagnies aériennes est prévu pour être lancé en 2024.

« L'adoption de la messagerie moderne équivaut à la mise en œuvre d'une nouvelle norme, d'un langage intelligible pour être utilisé par les compagnies aériennes, les aéroports et le personnel de manutention au sol afin qu'ils puissent communiquer efficacement sur les bagages des passagers. En plus d'aider à réduire le nombre de bagages égarés, la mise en œuvre pose également les bases pour des innovations continues dans les systèmes de gestion des bagages », conclut Monika Mejstrikova.



Indicateur