Politique en matière de cookies

Afin de vous offrir une service optimal, ce site utilise des cookies.
En utilisant notre site, vous acceptez notre utilisation des cookies. En savoir plus

2023 : l’année la plus sécuritaire en aviation (selon plusieurs critères), dixit l’IATA


2023 : l’année la plus sécuritaire en aviation (selon plusieurs critères), dixit l’IATA

L'Association du transport aérien international a publié son rapport annuel sur la sécurité de l'aviation dans le monde pour l'année 2023.

L'IATA affirme que l’aviation continue de progresser en matière de sécurité. Même que, selon plusieurs paramètres, 2023 obtient les meilleurs résultats jamais enregistrés !

Certes, il y a eu l’an dernier un accident mortel impliquant un aéronef à turbopropulseur, causant 72 décès.

Cet accident est survenu alors que 37 millions de mouvements d'aéronef ont été enregistrés en 2023 (jets et turbopropulseurs) – soit une augmentation de 17 % par rapport à 2022.


LIRE PLUS – IATA : «Nous sommes tout près de dépasser le pic de voyages aériens de 2019»  


« L'avion est le mode de transport le plus sûr »

« La performance de sécurité en 2023 démontre encore que l'avion est le mode de transport le plus sûr. L'aviation fait de la sécurité sa priorité absolue, et cela se reflète dans les résultats de 2023 », souligne Willie Walsh, directeur général de l'IATA.

« Les activités des avions à réaction n'ont donné lieu à aucune perte de coque et aucun décès. On a aussi enregistré en 2023 le plus faible risque de décès et le plus faible taux "tous accidents". »

Willie Walsh, directeur général de l'IATA.


Mais « on peut toujours faire mieux » !

« Toutefois, un seul accident impliquant un turbopropulseur a causé 72 décès, ce qui nous rappelle que nous ne pouvons jamais tenir la sécurité pour acquise », poursuit M. Walsh en évoquant l’accident impliquant une perte de contrôle survenu au Népal en janvier 2023.

« Et deux accidents majeurs au cours du premier mois de 2024 prouvent que même si l’aviation est l’une des activités les plus sûres, on peut toujours faire mieux. C’est ce que nous avons fait tout au long de notre histoire. Et nous allons continuer à rendre l’aviation encore plus sécuritaire. »


Faits saillants du rapport:

  • Le taux global d'accidents était de 0,80 par million de secteurs de vol en 2023 (un accident pour 1,26 million de vols), ce qui représente une amélioration comparativement au taux de 1,30 en 2022, et le taux le plus faible en plus d'une décennie. Ce taux est meilleur que la moyenne mobile sur cinq ans (2019-2023) qui s'établit à 1,19 (en moyenne un accident pour chaque tranche de 880 293 vols).
  • Le risque de décès s'est amélioré, passant de 0,11 en 2022 à 0,03 en 2023, la moyenne sur cinq ans pour la période de 2019-2023 étant de 0,11. Avec un tel niveau de sécurité, en moyenne, une personne devrait prendre l'avion chaque jour durant 103 239 années pour être victime d'un accident mortel.
  • Les compagnies aériennes membres de l'ATA et les compagnies inscrites au registre du système de vérification de la sécurité opérationnelle (IOSA) n'ont eu aucun accident mortel en
2023.
  • Un accident mortel impliquant un aéronef à turbopropulseur s'est produit en 2023, causant 72 décès. C'est moins que les cinq accidents survenus en 2022. Et c'est une amélioration par rapport à la moyenne sur cinq ans de la période 2019-2023.



Performance de sécurité des régions

Le taux « tous accidents » en 2023 s'est amélioré par rapport à 2022 dans toutes les régions sauf l'Amérique du Nord et l'Asie-Pacifique.

Aucune région n'a subi une perte de coque d'avion à réaction en 2023. Toutes les régions à l'exception de l'Asie-Pacifique (où est survenu l’accident du Népal) ont enregistré un risque de décès nul en 2023.

En Amérique du Nord, le taux « tous accidents » est passé de 0,53 par million de secteurs de vol en 2022 à 1,14 en 2023, mais il s'est maintenu inférieur à la moyenne sur cinq ans, soit 1,21. La plus grande proportion des accidents de 2023 était liée à l'effondrement du train d'atterrissage.



La sécurité, une responsabilité partagée

L’IATA souligne qu’une forte culture de sécurité au sein de l'industrie aérienne est essentielle pour l'amélioration continue de tous les aspects des opérations.

« Il est essentiel de créer un environnement qui favorise le signalement transparent et prompt des incidents et accidents pour être en mesure de repérer les problèmes systémiques et prévenir les futurs incidents », indique l’Association.

À cet égard, l'IATA précise être active sur deux fronts:

Améliorer la culture de sécurité des compagnies aériennes : En 2023, MATA a institué la Charte du leadership en sécurité, conçue pour renforcer la culture de sécurité des organisations grâce à l'engagement des dirigeants des compagnies aériennes envers les huit principes de leadership en sécurité de l'IATA. À ce jour, 45 compagnies aériennes ont signé la charte.

Encourager les États à fournir des rapports d'accidents complets, publics et en temps opportun : Une analyse de l'IATA des enquêtes d'accidents effectuées de 2018 à 2022 a démontré qu'à peine plus de la moitié des incidents font l'objet d'une enquête et rendu publics conformément à la Convention de Chicago. Cette non-observance empêche les différents intervenants de l'industrie aérienne d'accéder à de l'information vitale qui pourrait améliorer grandement la sécurité des vols.


Les leçons tirées des accidents passés

Willie Walsh rappelle que l'amélioration de la sécurité et la prévention des accidents dépendent des leçons tirées des accidents passés.

« Pour les compagnies aériennes, cela veut dire qu'il faut favoriser une forte culture de sécurité, dans laquelle chaque employé se sent responsable de la sécurité et est motivé, et doit signaler l'information reliée à la sécurité », souligne-t-il.

Et pour les États, cela suppose de fournir des rapports d'accident publics, complets, et en temps opportun, poursuit M. Walsh. Or, sur les 226 accidents survenus au cours des six dernières années, seulement 121 rapports finaux ont été rendus accessibles.

« Cette lacune représente un mépris de la Convention de Chicago, mais en plus, elle compromet la sécurité de nos passagers et de nos équipages. Les gouvernements et leurs agences doivent accentuer leurs efforts », dénonce le DG de l’IATA.


À propos du programme IOSA…

Le Programme de vérification de la sécurité opérationnelle de l'IATA (IOSA) est la norme mondiale de l'industrie en matière de sécurité opérationnelle des compagnies aériennes. La norme est aussi utilisée par plusieurs autorités de l'aviation pour leurs programmes réglementaires de sécurité.

  • Actuellement, 425 exploitants figurent au registre IOSA, dont 100 compagnies non membres de l’lATA.
  • Le taux « tous accidents » des compagnies aériennes figurant au registre IOSA en 2023 était 56% meilleur que le taux des compagnies non inscrites à l'IOSA (0,69 contre 1,08).
  • Le taux moyen d'accidents des compagnies IOSA sur la période 2019-2023 était de 0,84 par million de secteurs, ce qui est près de trois fois meilleur que le taux de 2,24 des compagnies non inscrites à lOSA.
  • Les 19 accidents impliquant des compagnies IOSA n'ont causé aucune perte de coque et aucun décès.

« Les transporteurs inscrits au registre IOSA n'ont subi aucune perte de coque ou accident mortel en 2023. Depuis 2005, le taux "tous accidents" des compagnies aériennes figurant au registre IOSA est près de trois fois meilleur que celui des compagnies non inscrites au registre IOSA. Cette performance soutenue démontre que la mise en œuvre de normes mondiales améliore la sécurité », avance Willie Walsh.

Le DG de l’IATA mentionne que l'IOSA s'est récemment converti à un modèle basé sur le risque, qui se concentre sur les risques de sécurité pertinents tout en maintenant un niveau de sécurité de base.

« Ainsi, l'IOSA deviendra un outil encore plus puissant pour aider les compagnies aériennes et les agences de réglementation à maintenir et à améliorer les niveaux de performance de sécurité très élevés », assure-t-il.


Approche fondée sur les données

Les données nécessaires au rapport annuel de l'IATA sur la sécurité sont recueillies au moyen du « programme mondial de gestion des données de l'aviation » de l'IATA (GADM), qui constitue le programme d'échange de données de l'aviation le plus diversifié au monde.

Les données recueillies dans les bases de données du GADM incluent les rapports d'accident et d'incident, les cas de dommages au sol et les données de vol de plus de 470 participants de l'industrie.

« En analysant les données de plus de 100 000 vols chaque jour, au moyen du GADM, l'IATA aborde les enjeux de sécurité avant qu'ils ne deviennent des problèmes, ce qui améliore continuellement la sécurité. Par exemple, nous avons détecté une augmentation considérable des incidents liés aux interférences du système mondial de navigation par satellite (GNSS), dont nous nous occupons maintenant pour aider les principales agences de réglementation, comme l'AESA », conclut Willie Walsh.


 


Pour toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX. Suivez-nous sur FacebookLinkedIn et Twitter.





Indicateur