Politique en matière de cookies

Afin de vous offrir une service optimal, ce site utilise des cookies.
En utilisant notre site, vous acceptez notre utilisation des cookies. En savoir plus

Voyages : les Canadiens s’habituent aux prix gonflés par l’inflation


Voyages : les Canadiens s’habituent aux prix gonflés par l’inflation

Les Canadiens s’habituent aux prix gonflés par l’inflation et envisagent de voyager en 2024.

C’est (notamment) ce que révèle le septième sondage annuel d’Allianz Global Assistance sur les intentions de vacances des Canadiens.


LIRE PLUS – Malgré les difficultés économiques, 7 Canadiens sur 10 envisagent de partir en vacances en 2024 


Fort regain de l’intérêt des Canadiens pour les voyages

« C’est la première fois en sept ans que nous voyons un regain aussi fort de l’intérêt des Canadiens pour les voyages », se félicite Dan Keon, vice-président, Marketing et Perspectives, chez Allianz.

« Notre sondage a révélé qu’il y a autant de Canadiens qui ont l’intention de prendre des vacances en 2024 qu’avant la pandémie. En effet, 70 % des Canadiens envisagent de voyager en 2024 », précise Tayjua Squire, responsable de la communication de l’entreprise chez Allianz.

Selon l’enquête, près de la moitié des Canadiens envisagent même de partir en voyage dès cet hiver, afin de prendre des vacances sous le soleil (une hausse de quatre points par rapport à 2022). Le sondage semble indiquer que les touristes hivernants voyageront autant en 2024 qu’en 2019.


Le retour des voyageurs de 55 ans et plus

Allianz constate que l’augmentation globale de l’intention des Canadiens de prendre des vacances cet hiver est à nouveau attribuable aux répondants de 55 ans – qui sont déterminés à recommencer à voyager après s’y être abstenu pendant encore un certain temps après la fin de la pandémie.

En effet, ces voyageurs sont ceux qui ont exprimé le plus grand intérêt de partir en voyage en 2024, ce qui s’est traduit par une hausse de 10 % par rapport au sondage de l’année dernière. Leur intention de voyager en 2024 est revenue au niveau de 2019.

Cette génération de Canadiens est de nouveau celle qui voyage le plus !


La famille moyenne dépensera plus de 4 000 $ pour ses vacances

Selon l’enquête, la famille moyenne entend dépenser plus de 4 000 $ pour ses vacances cette année.

Le sondage confirme, sans surprise, que les consommateurs planifient leurs vacances essentiellement en fonction de leurs revenus. Ainsi, les ménages aux revenus les plus élevés (100 000 $ et plus) dépenseront plus de deux fois plus que les ménages à faibles revenus (40 000 $ et moins) : 5926 $ contre 2563 $.

« Les ménages à revenus élevés ont exprimé la plus forte intention de prendre des vacances en 2024, soit 85 % », note aussi Tayjua Squire.

L’intention de voyager est également très forte chez les diplômés universitaires (80 %) et les familles avec enfants (79 %).


Des vacances même si on n’en a pas les moyens !

Selon l’enquête d’Allianz, l’impact de l’inflation sur les prix du secteur des voyages est plus important que sur les prix des autres secteurs. Le sondage révèle d’ailleurs que 60 % des voyageurs envisagent de prendre des vacances à petits prix cette année en raison de la hausse des coûts.

Néanmoins, plus d’un quart des Canadiens s’attendent à dépenser plus pour leurs vacances cette année qu’en 2023.

« Les consommateurs peinent à trouver des vacances abordables, mais ils s’habituent aux prix gonflés par l’inflation. Par conséquent, les Canadiens accordent la priorité aux voyages dans leur budget, même s’ils sont à court d’argent. Près de la moitié des voyageurs canadiens affirment qu’ils n’ont pas les moyens de s’offrir des vacances cette année, mais qu’ils en prendront quand même », observe Tayjua Squire.

Globalement, malgré les inquiétudes économiques persistantes, les ménages canadiens devraient dépenser 30 G$ en voyages en 2024.


Le principal obstacle

Selon Allianz, le déficit de vacances s’établit à 17 % cette année. Le déficit a diminué pour la deuxième année consécutive, mais il reste historiquement plus élevé que les années précédant immédiatement la pandémie.

Cela signifie que même si 72 % des Canadiens estiment qu’il est important pour de prendre des vacances annuelles, tous ne croient pas être en mesure de le faire en 2024. D’ailleurs, un tiers des Canadiens n’ont toujours pas pris de vacances depuis plus de deux ans…

Parmi les Canadiens qui ne sont pas convaincus de pouvoir prendre des vacances en 2024, le principal obstacle est la réticence à dépenser de l’argent pour les vacances : 68 % des Canadiens disent ne pas vouloir payer ce qu’il en coûte actuellement pour voyager.

Il s’agit de l’obstacle le plus important dans tous les groupes démographiques et toutes les régions du pays.

Tayjua Squire profite de l’occasion pour encourager tous les voyageurs à souscrire une assurance voyage « afin d’éviter d’engager des coûts supplémentaires autrement couverts par une assurance voyage ».

« La protection voyage ne représente qu’une fraction du coût potentiel des soins de santé à l’étranger en cas d’urgence médicale », rappelle-t-elle en conclusion.




Méthodologie

Le sondage sur l’intention des Canadiens de prendre des vacances en 2024 a été réalisé en ligne par Ipsos en novembre 2023 auprès d’un échantillon de 2 000 Canadiens d’âge adulte. Les résultats sont exacts à +/- 2,5 points de pourcentage, 19 fois sur 20.

 




Pour toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX. Suivez-nous sur FacebookLinkedIn et Twitter.




Indicateur