Un pas en arrière pour les voyageurs américains à Cuba

19-06-2017 11:07

Tant l'Organisation mondiale du tourisme (OMT) que le World Travel & Tourism Council (WTTC) ont exprimé leur déception et condamné la décision de l'administration Trump de restreindre, à nouveau, les déplacements de ses concitoyens vers Cuba ainsi que plusieurs ententes économiques.

L'annonce du 16 juin dernier viendra, en effet, révoquer plusieurs des politiques instaurées par le président Barack Obama en 2014.

Le secrétaire-général de l'OMT, Taleb Rifai, a déclaré que "cette entente représente un pas en arrière et une forte attaque contre la liberté de voyage". De son côté, le président et PDG du WTTC David Scowsill, a renchéri "le peuple cubain bénéficie directement de la hausse du tourisme d'agrément et d'affaires à Cuba. Les nouvelles politiques du président Trump affecteront davantage le peuple que le gouvernement cubain lui-même". Il a poursuivi en ajoutant que "Cette décision affectera également l'économie américaine et les emplois américains, sachant que plusieurs entreprises avaient commencé à investir et conclure des ententes commerciales avec Cuba en vue de l'immense potentiel de Cuba".

Selon deux rapports de l'OMT, Cuba aurait reçu plus de quatre millions de visiteurs internationaux en 2016, une croissance de plus d'un million en seulement cinq ans.

"Les transporteurs, hôtels et croisiéristes ont tous déjà investi d'importantes sommes afin d'accroitre le potentiel et l'industrie touristique à Cuba et d'embaucher davantage d'employés, en lien avec les décisions touchant l'embargo en 2014. Notre secteur a besoin de stabilité de la part du gouvernement; cette nouvelle est un retour en arrière très mal vu".

Le WTTC soutient que Cuba est la deuxième île la plus visité des Caraïbes. Les Canadiens et Européens s'y rendent en suivant un tangeante croissante, avec plusieurs vols directs aux quatre coins de l'île. Les exports de visiteurs, soit l'argent dépensé par les touristes à Cuba, totalisat 2.8 millards $ en 2016, soit 19.2% des exports total — bien au-delà de la moyenne globale de 6.6%. L'industrie du voyage aura contribué pour environ 9 millards de dollars à l'économie cubaine l'an dernier — 10% du produit intérieur brut du pays — en impliquant 500 000 emplois, soit 1 sur 11.

"Il y a une demande latente des visiteurs américains pour se rendre à Cuba et explorer l'histoire et la culture. Ce serait une rétrograde majeure de les empêcher à nouveau de s'y rendre. La hausse des visiteurs américains à Cuba n'a pas été aussi grande que prévue au cours des derniers mois notamment parce que les hôteliers n'arrivaient pas à pallier la demande, menant ainsi quelques transporteurs à réduire leur capacité de vol. La récente annonce du président Trump ne fera qu'aggraver la pression", a conclu David Scowsill.