Politique en matière de cookies

Afin de vous offrir une service optimal, ce site utilise des cookies.
En utilisant notre site, vous acceptez notre utilisation des cookies. En savoir plus

Lundi,  22 juillet 2024   17:14
La NOAA prévoit de 4 à 7 ouragans majeurs dans l'Atlantique en 2024!
Les ouragans Idalia (s'approchant de Floride) et Franklin (dans l’Atlantique) le 29 août 2023. [NOAA]

Les prévisionnistes de la NOAA (l’agence américaine dédiée à l'étude des conditions océaniques et atmosphériques) prévoient une activité cyclonique supérieure à la normale dans le bassin de l'Atlantique cette année.

Ainsi, pour la saison 2024 des ouragans dans l'Atlantique (du 1er juin au 30 novembre), ils prévoient 85 % de chances pour une saison supérieure à la normale; 10 % de chances pour une saison proche de la normale; et 5 % de chances pour une saison inférieure à la normale.

Plus précisément, la NOAA prévoit une fourchette de 17 à 25 tempêtes nommées (vents de 39 mph ou plus).

Parmi celles-ci, 8 à 13 devraient devenir des ouragans (vents de 74 mph ou plus), dont 4 à 7 ouragans majeurs (catégorie 3, 4 ou 5 ; vents de 111 mph ou plus).

Les prévisionnistes de la NOAA ont un taux de confiance de 70 % dans ces fourchettes.

La Nina et des températures océaniques supérieures à la moyenne sont les principaux moteurs de l'activité tropicale.


Pourquoi une saison des ouragans supérieure à la normale en 2024 ?

La prochaine saison des ouragans dans l'Atlantique devrait connaître une activité supérieure à la normale en raison d'une confluence de facteurs qui tendent à favoriser la formation de tempêtes tropicales, notamment :

  • des températures océaniques presque record dans l'océan Atlantique,
  • le développement de conditions La Niña dans le Pacifique,
  • la réduction des alizés dans l'Atlantique,
  • la diminution du cisaillement du vent.

Alors que l'un des plus forts El Niño jamais observés touche à sa fin, les scientifiques de la NOAA prévoient une transition rapide vers des conditions La Niña, qui sont propices à l'activité des ouragans dans l'Atlantique.

Ils expliquent que La Niña a tendance, en effet, à réduire le cisaillement du vent dans les tropiques. Dans le même temps, l'abondance de chaleur océanique dans l'océan Atlantique tropical et la mer des Caraïbes crée plus d'énergie pour alimenter le développement des tempêtes.

Par ailleurs, toujours selon la NOAA, cette saison des ouragans se caractérise également par la possibilité d'une mousson ouest-africaine supérieure à la normale, qui peut produire des vagues africaines de l'est à l'origine de certaines des tempêtes atlantiques les plus puissantes et les plus durables.

Enfin, les alizés légers permettent aux ouragans de prendre de l'ampleur sans être perturbés par un fort cisaillement du vent et minimisent le refroidissement des océans.


Les ouragans et le changement climatique d'origine humaine…

La NOAA mentionne aussi que le changement climatique d'origine humaine entraîne un réchauffement des océans à l'échelle mondiale et dans le bassin atlantique, ainsi qu'une fonte des glaces sur terre, ce qui provoque une élévation du niveau de la mer et accroît le risque d'ondes de tempête.

« L'élévation du niveau de la mer représente une influence humaine évidente sur les dégâts potentiels d'un ouragan donné », conclut la NOAA.


Les noms des ouragans en 2024




Pour toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX. Suivez-nous sur FacebookLinkedIn et X – Twitter.



Partagez cet article:
Indicateur