Politique en matière de cookies

Afin de vous offrir une service optimal, ce site utilise des cookies.
En utilisant notre site, vous acceptez notre utilisation des cookies. En savoir plus

Affaire du «service au champagne» : l’AAVQ présente le fruit de ses pourparlers avec Sunwing


Affaire du «service au champagne» : l’AAVQ présente le fruit de ses pourparlers avec Sunwing
Aurore Bonvalot, Éric Boissonneault et Moscou Côté.

L’AAVQ a tenu une assemblée sur Zoom le vendredi 12 mai pour présenter à ses membres le résultat de ses pourparlers avec Sunwing, suite au règlement hors cour conclu entre le voyagiste et les membres du Groupe de l’action collective dans l’affaire du « service au Champagne ».

« Ce n’est pas le Pérou, mais dans les circonstances, je crois que c’est le meilleur deal qu’on pouvait avoir pour les agents de voyages au Québec », opine le président Moscou Côté.

LIRE PLUS – Affaire du «service au Champagne» de Sunwing: l’AAVQ convoque ses membres 


Rappel des faits

Toute l’affaire découle, rappelons-le, d’une action collective intentée en 2017 par un client de Sunwing qui s’estimait floué parce qu’on lui avait servi un vin mousseux plutôt que du véritable champagne.

Cette affaire ne s’est par rendue jusqu’à l’étape du procès : une entente à l’amiable a été conclue entre Sunwing et les membres du Groupe de l’action collective. Par la suite, la Cour supérieure a approuvé cette entente.

Le règlement hors cour prévoit que les membres du Groupe puissent obtenir pendant trois ans, autant de fois qu’ils le souhaitent, un rabais de 7 % sur les forfaits du voyagiste, pour eux-mêmes et pour jusqu’à cinq compagnons de voyage. Pour ce faire, ils devront réserver leur voyage directement sur un site dédié – que Sunwing doit lancer d’un jour à l’autre.

Jugeant l’entente néfaste pour les agents de voyages, l’AAVQ s’est vigoureusement opposée à celle-ci, mobilisant ses membres et lançant même une campagne pour financer ses contestations.


Deux demandes principales

Parallèlement, les dirigeants de l’Association n’ont pas cessé de négocier avec Sunwing, afin de minimiser les répercussions du règlement hors cour pour les agents de voyages. Rappelons que l’AAVQ avait deux demandes principales pour Sunwing.

D’une part, elle demandait que les membres du Groupe puissent faire affaire avec un conseiller en voyages pour profiter de leur rabais Champagne – et que le conseiller soit rémunéré pour cela. D’autre part, l’Association demandait que seuls les clients ayant véritablement voyagé avec Sunwing durant la période visée puissent profiter du rabais de 7 %.

Si l’AAVQ n’a pas décroché la lune, elle n’est pas rentrée bredouille non plus : comme dans toute négociation, les deux parties ont dû faire des concessions… C’est le fruit de ces pourparlers que Moscou Côté (président de l’AAVQ), Éric Boissonneault (vice-président) et Aurore Bonvalot (directrice générale) ont présenté lors de l’assemblée virtuelle de vendredi.


40 $ par passager pour les séjours à Cuba; 60 $ pour les autres destinations

Concernant la première demande de l’AAVQ : Sunwing permettra effectivement aux membres du Groupe de faire affaire avec un conseiller en voyages pour réserver des voyages avec leur code Champagne. De plus, le conseiller sera bel et bien rémunéré pour cette réservation…

TOUTEFOIS, la rémunération prendra la forme d’un tarif fixe – et non pas d’une commission. Ainsi, pour la réservation d'un séjour à Cuba, le conseiller obtiendra 40 $ par passager. Pour un séjour dans toute autre destination, le conseiller obtiendra 60 $ par passager.

Le président de l’AAVQ est conscient que ce fruit des pourparlers avec Sunwing laissera peut-être un goût amer à certains agents – notamment les gros vendeurs de Sunwing et/ou ceux des régions où le voyagiste est bien implanté en raison de ses vols directs…

L'Association explique n'avoir pas fait cette concession de gaieté de cœur, mais par pragmatisme : ses échanges transparents avec Sunwing lui ont permis de comprendre le point de vue du voyagiste...


Seuls les clients ciblés auront droit au rabais

Concernant son autre demande, l’AAVQ a toutefois obtenu pleine satisfaction : Sunwing s’engage à ce que seuls les clients ayant véritablement voyagé avec elle durant la période visée puissent profiter du rabais Champagne de 7 %.

Le voyagiste implantera donc un processus de « due diligence », basé sur le nom et la date de naissance de chacun des voyageurs.


Sans tambour ni trompette

Qui plus est, Sunwing ne cherchera pas à promouvoir le règlement à l’amiable au-delà de ce qui est prévu dans le cadre de celui-ci.

Le voyagiste respectera donc son obligation d’investir 20 000 $ pour la promotion, dans les médias sociaux, du site dédié aux membres du Groupe. Mais Sunwing s’engage à ne pas investir 1 $ de plus, en promotion, que cette somme – relativement modeste – prévue dans le règlement à l’amiable.

En outre, le voyagiste n’orchestrera pas non plus de conférence de presse sur le sujet, pas plus qu’il n’accordera d’entrevues. Certes, cela n’empêchera pas d’éventuels médias grand public de faire état du règlement. Mais Sunwing s’engage à ne pas provoquer ou solliciter une telle couverture.

Et bien sûr, l’AAVQ fera de même ! « Le but, c’est que le moins de gens s’inscrivent [sur le site dédié] », résume Moscou Côté.


« Tenez ça mort ! »

Au cours de l’assemblée sur Zoom, les dirigeants de l’AAVQ ont d’ailleurs fortement invité leurs membres à ne pas contribuer à publiciser l’affaire, eux non plus – surtout pas pendant la période de 60 jours prévue pour l’inscription des membres du Groupe sur le site dédié. (Cette période de deux mois commencera dès la mise en ligne de ce site par Sunwing.)

La situation sera différente quand les inscriptions au site dédié seront fermées. Dès lors, rien ne devrait plus retenir les conseillers qui le souhaitent d’inviter les membres du Groupe à faire leurs réservations de voyages par leur entremise.


Autres gains de l’AAVQ

Au cours de l’assemblée, les dirigeants de l’AAVQ ont salué le fait que Sunwing a négocié avec ouverture et bonne foi. Éric Boissonneault a levé son chapeau à la directrice générale de Sunwing au Québec, Lyne Chayer, principale interlocutrice de l’Association. « Lyne est une alliée », a-t-il déclaré.

Dans le cadre des négociations, Sunwing s’est d’ailleurs engagée auprès de l’AAVQ à maintenir la commission au taux régulier pour les trois prochaines années au moins. Le voyagiste a aussi été clair sur le fait que le code de rabais Champagne ne sera pas applicable aux réservations de groupes.

Autre engagement qui témoigne, selon l'AAVQ, de l’importance que Sunwing accorde à sa relation avec les agents de voyages : ses publicités destinées aux consommateurs afficheront désormais (et pour trois ans) une mention les invitant à contacter leur conseiller. 

« Les technicalités restent à régler, mais le principe a été accepté », a souligné Moscou Côté.



LIRE PLUS – Et maintenant? L’AAVQ poursuit ses négos avec Sunwing (et le dialogue est positif)   

LIRE PLUS – Projet d’entente hors cours de Sunwing dans l’affaire du champagne : l’AAVQ plaide son opposition 

LIRE PLUS – Craignant que le champagne de Sunwing tourne au vinaigre, l’AAVQ mobilise ses membres! 

LIRE PLUS – «0 commission chez Sunwing pour la majorité des ventes pour 3 ans»: l’AAVQ convoque ses membres

LIRE PLUS – Action collective sur le «champagne»: Sunwing s’entend hors cour; l’AAVQ s’inquiète! 





Pour toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX. Suivez-nous sur FacebookLinkedIn et Twitter.



Indicateur