Politique en matière de cookies

Afin de vous offrir une service optimal, ce site utilise des cookies.
En utilisant notre site, vous acceptez notre utilisation des cookies. En savoir plus

67 % des agents doutent de pouvoir rembourser leurs prêts CUEC, FARR et PCSTT d’ici le 31 décembre


67 % des agents doutent de pouvoir rembourser leurs prêts CUEC, FARR et PCSTT d’ici le 31 décembre
Wendy Paradis, présidente de l’ACTA.

Un sondage mené en juillet par l’ACTA auprès des agences de voyages et des agents de voyages indépendants révèle que 67 % des répondants ne sont pas confiants quant à leur capacité à rembourser d’ici le 31 décembre les prêts accordés durant la pandémie.

LIRE PLUS – L’ACTA veut alléger le remboursement des prêts fédéraux accordés lors de la pandémie  


On parle plus précisément des programmes CUEC (Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes), FARR (Fonds d’aide et de relance régionale) et PCSTT (Programme de crédit pour les secteurs très touchés).

Par ailleurs, 15 % des répondants estiment aussi que les modalités de remboursement de ces prêts sont difficiles à respecter – surtout avec les taux d’intérêt élevés actuels.

Qui plus est, le sondage démontre que 50% des entreprises se considèrent encore en phase de reprise après la pandémie, avec un retour lent à la rentabilité.


LIRE PLUS – 45 % des opérateurs touristiques risquent-ils de fermer au Canada en raison de leur endettement ?  


« Les membres de l’ACTA nous rapportent depuis plusieurs mois que, même si les affaires reprennent, ils sont très préoccupés par l’endettement qu’ils ont contracté en raison de la pandémie », confirme Wendy Paradis, présidente de l’ACTA.

À cet égard, le sondage révèle aussi que 27 % des entreprises doivent au moins 100 000 $, 56 % au moins 50 000 $, et 80 % au moins 10 000 $.

Du fait de leur endettement, 36 % des répondants au sondage estiment qu’il est probable ou assez probable qu’ils doivent mettre la clé sous la porte dans les trois prochaines années.

Interrogés sur les mesures qui seraient les plus utiles pour les aider à rembourser leur dette et leurs prêts gouvernementaux, 72 % ont répondu plus de remise de dette et de prêt, et 16 % une période de remboursement plus longue.


LIRE PLUS – Prolongation du délai de remboursement du CUEC: «Faites entendre votre voix», lance l’AITC   


Des informations actualisées à présenter aux gouvernements

L’ACTA entend présenter aux gouvernements les informations actualisées sur le deuxième trimestre que le sondage lui a permis d’obtenir. L’Association fait valoir que les résultats du sondage lui serviront d’élément clé dans sa stratégie de défense des intérêts de ses membres.

L’ACTA, rappelons-le, appelle le gouvernement fédéral à accorder une remise de dette et un délai supplémentaire pour rembourser les prêts en cours.


Une campagne d’envoi de lettres et de plaidoyer

Parallèlement à la publication des résultats du sondage, l’ACTA lance une campagne de lettres et une stratégie de défense des intérêts à l’échelle de l’industrie.

La campagne de lettres se déroule du 29 août au 29 septembre. Elle appelle la ministre des Finances, Chrystia Freeland, à accorder plus de temps pour le remboursement des prêts fédéraux.

L’ACTA demande aux membres de l’industrie d’envoyer une lettre à leur député et à la ministre Freeland. Un modèle de lettre est fourni par l’ACTA. Le processus est simple et prend moins de deux minutes.

L’ACTA mentionne que la stratégie de défense des intérêts comprendra la mise en place de plusieurs tactiques tout au long de l’automne, notamment des soumissions formelles au gouvernement, une couverture médiatique grand public, l’utilisation des médias sociaux et des rencontres avec des députés à travers le Canada.


Ce que recommande l’ACTA au gouvernement

• Prolonger de deux ans la date limite de remboursement sans intérêts du CUEC (jusqu’à la fin de 2025), tout en maintenant l’accès à la partie exonérée.

• Modifier les modalités des programmes de prêts FARR et PCSTT pour accorder plus de temps pour le remboursement.

• Travailler avec l’industrie pour explorer des mesures de remise de dette qui permettraient un remboursement plus rapide des prêts.

L’ACTA souligne collaborer avec plusieurs parties prenantes – dont l’Association de l’industrie touristique du Canada et la Chambre de commerce du Canada – afin de s’assurer que la voix claire, forte et collective de l’industrie et son appel à l’action soient entendus par la ministre Freeland et suivis d’actions concrètes.

 




Pour toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX. Suivez-nous sur FacebookLinkedIn et Twitter.



Indicateur