Politique en matière de cookies

Afin de vous offrir une service optimal, ce site utilise des cookies.
En utilisant notre site, vous acceptez notre utilisation des cookies. En savoir plus

Samedi,  24 février 2024 21:12 

6 grandes tendances dans l’industrie du tourisme en 2024, selon la Chaire de tourisme Transat


6 grandes tendances dans l’industrie du tourisme en 2024, selon la Chaire de tourisme Transat
Marc-Antoine Vachon

La quête du bonheur inspire-t-elle les gens à voyager ? Le voyage est-il devenu un luxe indispensable ? Le nombre de voyageurs « responsables » a-t-il atteint un plateau ?

Ces questions et plusieurs autres – comme les effets sur le voyage de l’inflation, du climat, de l’intelligence artificielle, etc. – sont abordées aujourd’hui (31 janvier) dans le cadre du « Gueuleton touristique » annuel de la Chaire de tourisme Transat de l’École des sciences de la gestion de l’UQAM.

Six grandes tendances se dégagent ainsi du « Cahier Tendances 2024 » dévoilé par la Chaire en présence de centaines de personnes de l’industrie.


LIRE PLUS – Ce que réserve 2023 à l'industrie (selon la Chaire de tourisme Transat) 


Une myriade de données exclusives

L’édition 2024 du Cahier propose une myriade de données exclusives collectées par la Chaire en novembre 2023 auprès de plus de 1000 voyageurs québécois pour connaître leurs habitudes et leurs préférences, souligne Marc-Antoine Vachon.

Chaque tendance est aussi documentée par l’exercice de veille réalisé en continu par l’équipe de la Chaire, ajoute celui qui est titulaire de la Chaire de tourisme Transat et professeur au Département de marketing de l’ESG UQAM.

« Voilà un guide à lire et à consulter au besoin, pour stimuler vos réflexions, alimenter les discussions et appuyer vos décisions », lance M. Vachon.

Ci-dessous, nous reproduisons les six grandes tendances à surveiller en 2024, selon la Chaire de tourisme Transat.


[Chaire de tourisme Transat de l’ESG UQAM]




1. La quête du bonheur inspire à voyager

Plusieurs liens entre le bonheur et le voyage sont documentés dans la littérature scientifique. Les bienfaits s’expriment en amont durant la période d’anticipation, sur place pendant le séjour ainsi qu’au retour en se remémorant ou en partageant des souvenirs. Selon différentes études, les dépenses associées à des expériences rendent également plus heureux que celles attribuées à des biens matériels. Ces constats affectent favorablement la demande pour les voyages et expliquent en partie l’intérêt soutenu des consommateurs pour le secteur du tourisme, même en période incertaine. 

D’après l’enquête menée par la Chaire de tourisme Transat en novembre 2023, 64 % des voyageurs québécois croient que le voyage joue un rôle important pour leur santé mentale. Une majorité affirme avoir envie de voyager malgré le contexte actuel (73 % d’entre eux, contre 38 % du reste des voyageurs sondés). 


2. Le voyage, un luxe devenu indispensable (?)

Malgré le ralentissement économique annoncé, une part élevée de voyageurs d’ici et d’ailleurs est déterminée à vivre des expériences touristiques en 2024. Au Québec, les personnes pour qui les voyages comptent parmi les dépenses prioritaires représentent 34 % des voyageurs sondés par la Chaire de tourisme Transat en novembre 2023. Ils ont tendance à voyager plus souvent et à aller davantage à l’étranger que les autres. 

Si le contexte économique actuel n’est pas un frein à voyager pour la majorité de ces consommateurs, c’est aussi parce qu’ils prennent des décisions financières réfléchies. Les données de l’enquête réalisée par la Chaire indiquent qu’en regard des voyages envisagés en 2024, une bonne part de ces résilients (42 %) mentionnent qu’ils seront plus flexibles quant à leurs dates de voyage ou encore qu’ils passeront plus de temps à magasiner pour dénicher de bonnes affaires (41 %). 


 3. Les modes de vie polyvalents engendrent des occasions d’affaires

Au Québec, comme ailleurs, on observe un intérêt pour les voyages hors-saison. Selon l’enquête de la Chaire de tourisme Transat, 59 % des répondants ont voyagé en dehors des périodes de vacances habituelles en 2023. 

Le télétravail continue d’avoir un impact sur le mode de vie de nombreuses personnes. Les données sur les voyageurs québécois sondés par la Chaire de tourisme Transat en novembre 2023 confirment que le télétravail demeure une pratique courante pour un peu plus d’un répondant sur trois (36 %). 

Cette clientèle voyage davantage par affaires que les autres répondants de l’enquête. Dans la dernière année, près du tiers s’est déplacé au Québec (31 % des télétravailleurs, contre 9 % de ceux qui ne l’étaient pas) et 15 % à l’extérieur de la province (contre 2 %). Les deux principaux motifs évoqués, qui distinguent cette clientèle des autres personnes sondées, sont : 

  • La participation à une réunion d’affaires avec des collègues (41 % contre 16 %) ; 
  • La participation à une activité d’équipe hors du bureau - teambuilding (26 % contre 6 %). 


4. Inflation et climat : Les voyageurs naviguent en eaux troubles

La pression économique actuelle représente un défi qui préoccupe de nombreuses personnes. Une enquête en ligne réalisée par la Chaire de tourisme Transat en novembre 2023 auprès de voyageurs québécois consolide ce constat. Plus de la moitié des répondants (54 %) admettent que le contexte économique actuel constitue un frein pour leurs voyages dans la prochaine année. Cela dit, malgré le contexte inflationniste, les Québécois sont pourtant nombreux à ne pas vouloir se priver de voyager. Toujours selon le sondage de la Chaire, 84 % des répondants qui mentionnent que la situation économique actuelle représente un frein au voyage jugent tout de même probable d’effectuer un séjour d’agrément en 2024.

Selon les observations de la Chaire de Tourisme Transat, 10 % des voyageurs québécois ayant voyagé au Québec à l’été  2023 ont dû modifier un séjour en raison d’événements météorologiques extrêmes. L’évolution soutenue de la situation climatique porte à croire que ce type de comportement sera de plus en plus observé dans les années à venir. Du côté des effets des changements climatiques, le même sondage révèle que 36 % des voyageurs québécois considèrent que les événements météorologiques de la dernière année influenceront la planification de leurs voyages en 2024.


5. L’intelligence artificielle s’immisce dans le parcours client

La société de conseil en gestion Oliver Wyman a interrogé plus de 1 000 voyageurs aux États-Unis et au Canada en août 2023 pour en savoir plus sur l’attitude des consommateurs à l’égard de l’intelligence artificielle générative (IAG). L’étude a révélé que 54 % des voyageurs d’agrément font déjà confiance à l’IAG pour s’inspirer et planifier leur voyage, et 81 % d’entre eux ont déclaré qu’ils seraient prêts à réserver sur la base de ses recommandations. 

Les voyageurs de la belle province utilisent-ils ce type de technologie ? Selon une enquête en ligne réalisée par la Chaire de tourisme Transat en novembre 2023 auprès de voyageurs québécois, 38 % des répondants ont eu recours à une plateforme d’intelligence artificielle (ex. Chat GPT) en 2023. Et plus précisément, 6 % des voyageurs québécois en ont utilisé pour planifier un séjour en 2023. 


6. Le nombre de voyageurs responsables atteint un plateau 

En 2021, 60 % des voyageurs québécois souhaitaient déjà voyager de façon plus responsable. Quelques années plus tard, cette intention s’est-elle traduite en actions ? L’équipe de la Chaire de tourisme Transat documente depuis trois ans des indicateurs liés au tourisme durable. Principal constat : aucun changement n’est observé quant à la proportion de voyageurs québécois qui adoptent certains comportements écoresponsables.

 




Pour toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX. Suivez-nous sur FacebookLinkedIn et Twitter.



Indicateur