Les dix types de tourisme de la Jordanie

26-02-2009 
Jordan Travel Mart 2009
Véronique Leduc
Le Jordan Travel Mart se tenait cette année au Hussein Bin Talal Convention Center de la Mer Morte
 
L’an passé a été une année record pour le tourisme jordanien qui a généré 2,1 milliards de dinars, soit 3,7 milliards de dollars canadiens, environ 14,4% du PIB du pays. Pour 2009, le Jordan Tourism Board (JTB) souhaite continuer dans cette direction et pour ce faire, mise surtout sur la dizaine de types de tourisme que le pays a à offrir.

 

Si, contrairement à la situation de nombreux pays, le tourisme a sans cesse augmenté en Jordanie en 2008, il est encore trop tôt, selon Nayef Fayez, directeur du JTB, pour juger de la façon dont le pays se tirera de la crise économique mondiale. Ce qui est sûr, c’est que son équipe entend attirer différents types de touristes avec ses offres écologiques et d’aventure, ses sites religieux et historiques, ses habitants chaleureux et son art caractéristique, son tourisme médical,de bien-être et de loisir et son tourisme d’entraide. « Nous ne voulons pas limiter le tourisme à une seule niche, a-t-il expliqué, il y a dans ce petit pays, de nombreuses possibilités et c’est un argument très convaincant pour pousser les touristes à venir nous visiter », croit-il.

La campagne de marketing du JTB, en branle depuis quelques années, est d’ailleurs directement inspirée de ces nombreux types de tourisme possibles en Jordanie.

Dix fois bienvenue

 

 

Selon le directeur du JTB, l’écotourisme et le tourisme d’aventure sont les niches qui seront les moins touchées par la crise économique parce qu’elles font partie d’une nouvelle tendance. Cette année, c’est d’ailleurs ces deux aspects du tourisme de la Jordanie qui sont les vedettes de l’événement.

Très présente un peu partout dans le pays, la Royal Society for the Conservation of Nature (RSCN) s’occupe de développer le tourisme depuis 1994 en s’assurant de protéger plusieurs espaces et de générer des emplois en lien avec l’environnement. En plus de son centre de la nature situé à Amman, cette organisation possède des éco-lodges et des sites de camping dans huit points stratégiques du pays et propose diverses activités de sensibilisation.

Pour les aventuriers, la Jordanie s’illustre comme une destination de choix : canyoning (mélange d’escalade et de nage dans un canyon), randonnée, bivouac, escalade, sports nautiques, sports extrêmes et vélo sont au rendez-vous. Avec de grands espaces tels que le désert du Wadi Rum, la réserve de Dana, et le parc du Wadi Mujib, la Jordanie, avec ses dunes, ses falaises, ses canyons, ses points d’eau et ses montagnes offre sans aucun doute un terrain de jeux intéressant pour les sportifs.

 

 

De leur côté, les attraits religieux du pays n’ont plus à se faire connaître et forment sans contredit l’un des aspects importants du tourisme jordanien. Avec ses nombreux lieux saints, tels que Béthanie, là où Jésus aurait été baptisé par Jean-Baptiste, le Mont Nébo d’où Moise aurait aperçu la terre promise, Madaba où le visiteur peut apercevoir les plus anciennes mosaiques représentant Jésus, les points de vue sur Jérusalem et les nombreux chemins jadis fréquentés par Jésus, le visiteur revivra plusieurs passages de la Bible. D’ailleurs, selon Christine Moore responsable de l’aspect religieux au JTB, les touristes religieux ne sont plus ce qu’ils étaient. « De nos jours, tout le monde, même les plus jeunes ou les gens non-croyants sont intéressés à découvrir les lieux décrits dans la Bible », croit-elle.

 

Malia Asfour, directrice du JTB pour l’Amérique du Nord.

« Les gens viennent souvent uniquement pour voir Pétra, une des merveilles du monde, continue Malia Asfour, directrice du JTB pour l’Amérique du Nord, mais la Jordanie, c’est bien plus et c’est aussi plusieurs autres sites historiques. » Ainsi, si une visite en Jordanie sans un arrêt aux ruines et tombeaux de l’époque préromaine qu’offre Pétra serait incomplète, il est vrai que le pays propose d’autres visites historiques. Le voyageur qui veut se replonger dans le temps pourra donc visiter les nombreux châteaux du pays dont ceux de Kérak et de Ajlun, pourra arpenter la dizaine de lieux anciens tels que la cité antique de Jérash, en plus de parcourir la route du Roi qui a vu passer les Juifs en route vers la terre promise, les Nabatéens venus de Pétra, les chrétiens en pèlerinage vers le mont Nébo et les musulmans en chemin vers la Mecque.

 

 

Pour attirer les touristes, l’équipe du JTB mise aussi beaucoup sur l’accueil chaleureux réservé aux touristes et le contact privilégié que le visiteur pourra avoir avec les locaux. Autant les « Welcome » quotidiens lancés par les habitants que les nuitées possibles dans les désert avec les bédouins ou qu’une visite dans la vieille ville de Amman entre les marchands et les habitants proposent de faire vivre aux visiteurs l’expérience jordanienne.

Le pays est aussi très fier de son artisanat et de son art traditionnel, fait de mosaiques, de poteries et de bijoux, et le visiteur pourra trouver sur son chemin différentes écoles d’art et boutiques d’artisanat. Le pays encourage d’ailleurs présentement tout particulièrement l’implication des femmes dans la valorisation de l’artisanat local.

De plus en plus visité pour ses traitements médicaux offerts à une fraction des prix des États-Unis par exemple, la Jordanie mise plus que jamais sur son tourisme médical. Aux abords de la mer Morte, on appuie aussi beaucoup sur les vertus de l’eau qui est réputée pour ses bénéfices sur la peau et pour la guérison de divers problèmes dermatologiques. Dans la station balnéaire de luxe donc, les spas sont nombreux et les traitements à la boue ou au sel de la mer Morte sont offerts aux touristes qui profitent du même coup du surplus d’oxygène qui se trouve à ce point le plus bas de la terre.

 

 

Contrairement à ce que pourraient laisser croire quelques stéréotypes bien ancrés, la Jordanie regorge de cafés, de restaurants, d’offres de croisière et d’hôtels luxueux. Si les Européens profitent déjà beaucoup des stations balnéaires et des offres luxueuses dont dispose la Jordanie, l’équipe du JTB travaille actuellement à faire découvrir aux touristes des Amériques le tourisme de loisir possible au pays.

Finalement, le dernier type de tourisme -et non le moindre pour Malia Asfour- à avoir vu le jour est le « volontarism » que l’on pourrait traduire par tourisme d’entraide. « Il y a deux ou trois ans, j’ai eu un flash, se rappelle t-elle. Je me suis dit, pourquoi les voyageurs devraient-ils partir plusieurs semaines ou plusieurs mois s’ils veulent faire un projet d’entraide dans un autre pays? J’ai donc lancé ici des possibilités de bénévolat de quelques heures à quelques jours », explique t-elle. C’est ainsi que la branche de tourisme d’entraide du pays offre désormais aux touristes l’opportunité de participer, près de Amman, à des projets de construction avec Habitat pour l’humanité ou d’enseignement avec des enfants handicapés d’une école spécialisée.

Poupées russes

Cherchant à casser son image de destination religieuse et historique seulement, la Jordanie travaille donc ardemment - et le Jordan Travel Mart est un outil pour y arriver – à faire connaître, son « autre » tourisme qui se décline en une palette colorée qui peut s’adapter à tous les goûts. « C’est un peu comme de trouver plusieurs surprises dans une seule boîte », conclu Malia Asfour.